Pourquoi y a-t-il plus de faillites à Bruxelles que dans les autres Régions?

Le nombre de faillites est en augmentation dans notre pays depuis le début d'année, et plus particulièrement à Bruxelles. Des chiffres qu'il faut bien remettre dans leur contexte pour mieux comprendre. Quasiment 3000 entreprises ont mis la clé sous le paillasson au premier trimestre. Au niveau national, c'est plus que l'année passée sur la même période, mais il y a d'énormes écarts entre les Régions.

En Flandre et en Wallonie, les faillites diminuent. Et c'est Bruxelles qui tire la moyenne vers le bas ; il y a eu énormément de faillites ces dernières semaines dans la capitale, surtout pour les petites entreprises, et ce dans tous les secteurs : dans la distribution, dans les restaurants, dans le transport, chez les garagistes...

La conséquence de cela, ce sont 5000 pertes d'emplois dans l'ensemble du pays, mais là aussi c'est la même chose. En Flandre et en Wallonie, ce nombre de pertes d'emplois diminue. Mais à Bruxelles, il augmente fortement. C'est bien simple, dans la capitale, il s'agit du plus gros nombre de pertes d'emplois depuis la faillite de la Sabena, il y a plus de 15 ans.

Et c'est un sacré paradoxe, car, si les faillites et les pertes d'emplois augmentent, la reprise économique est bel et bien là. Selon Actiris, les chiffres de l'emploi à Bruxelles n'ont plus été aussi bons depuis longtemps, le chômage baisse.

Changement de politique

Pour Eric Van Den Broele, qui travaille chez Graydon, il y a un changement de politique au tribunal du commerce de Bruxelles : "Très souvent, on prend des arguments classiques, comme le piétonnier, les attentats et les tunnels. En fait, je ne peux que constater à travers les chiffres qu'il y a une forte augmentation d'entreprises potentiellement frauduleuses. Ce qui veut dire que je suppose que le tribunal pour l'instant, concentre ses recherches sur ces cas particuliers".

Manifestement, la justice met le paquet depuis quelques mois sur un certain profil, celui les entreprises potentiellement frauduleuses, ce qu'elle ne faisait pas, ou en tout cas moins avant. Il y a donc une sorte d'effet rattrapage des dernières années. Le nombre de créations d'entreprises augmente aussi et, forcément, comme il y a plus d'entrepreneurs qui se lancent, il y en a aussi plus qui se cassent la figure.

Comment expliquer l'importante différence du nombre de faillites entre la Flandre et la Wallonie qui progressent, et Bruxelles, qui plonge ? La réponse est sans doute à aller chercher du côté des politiques et des tribunaux de commerce. Ils ont chacun leurs priorités. L'année passée, par exemple, il y avait aussi eu une forte augmentation des faillites en Flandre occidentale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK