Pourquoi les marchés boursiers affichent une forme insolente?

Prenons trois chiffres : depuis le 1er janvier, l'indice Bel 20 a gagné 15 %, le Dow Jones 22 % et l'indice Nikkei de Tokyo 47 %.

Le millésime 2013 n'est pas terminé mais sauf gros retournement de situation, il aura été tout à fait excellent pour les marchés d'actions.

Paradoxe

Les bourses grimpent et pourtant il ne se passe pas un jour sans que l'on parle de la faiblesse de la croissance et de la crise économique, est-ce que les deux sont liés ou pas ?

En bourse, on anticipe, c’est bien connu. Les spécialistes considèrent généralement que les marchés anticipent la situation de six à neuf mois environ.

Depuis le début de cette année, ils tablent sur une reprise économique. Le problème, c'est que cette relance espérée se fait attendre en Europe et que la reprise patine aux Etats-Unis.

Les marchés n'ont-ils pas trop anticipé ?

La réponse de Peter Vanden Houtte, économiste en chef ING Belgique : Ça c’est effectivement le danger. On voit qu’aux Etats-Unis la croissance n’est pas très forte. En Europe, on a quand même des craintes que la croissance ne persiste pas. Et donc, cette reprise reste quand même assez fragile et si jamais il y a un petit accident, il y a une hausse des prix énergétiques par exemple, très vite on pourrait voir que la croissance finalement se termine et à ce moment-là, il est vrai que les bourses auront sans doute déjà trop anticipé quand on regarde les valeurs actuelles.

Autrement dit les cours seraient surévaluées, surtout aux Etats-Unis.

Au-delà de l'anticipation, y-a-t-il d'autres facteurs qui expliquent la grande forme des actions?

Retenons en deux. D'abord, la stratégie monétaire des banques centrales. Elles inondent les marchés en liquidités. Une partie de ces capitaux vont être placés et c'est là qu'intervient le second facteur.

Son petit nom en anglais, c'est TINA, en bon français, ça se traduit par : "Il n'y a pas d'alternative".

L'effet épargne

Un maigre 2 % sur les carnets d'épargne, les 15 à 50 % de progression sur les marchés peuvent en effet faire rêver. Et les professionnels le vérifient. Les particuliers reviennent en bourse depuis quelques mois. Ils ont attendu que la hausse se confirme.

Quant à savoir s'il n'est pas déjà trop tard pour monter dans le train, Peter Vanden Houtte répond : "Pour l’investisseur à long terme, on est toujours sur le bon chemin mais il est clair que maintenant, on pourrait voir une petite pause dans la hausse voire une petite correction vu que les marchés ont déjà beaucoup anticipé et qu’il y a quand même encore certains doutes au niveau du sous-jacent c’est-à-dire la croissance économique pour 2014".

Rappelons que les actions sont des placements à hauts risques. On ne gagne pas à tous les coups et c’est du placement à long terme.

 

M. Visart

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK