Pourquoi le secteur des maisons de repos et de soins est un investissement rentable

Pourquoi le secteur des maisons de repos et de soins est un investissement rentable
Pourquoi le secteur des maisons de repos et de soins est un investissement rentable - © MAXIME ANCIAUX - BELGA

Le groupe Vivalto, spécialisé dans le domaine des maisons de repos, a racheté quatre maisons de repos et de soins en 2017. Cet opérateur privé gère désormais 25 maisons, pour un total de 2100 lits et 500 emplois équivalent temps plein. C'est donc une entreprise en très forte croissance et ce n'est sans doute pas fini. Vivalto négocie la reprise de 2 établissements supplémentaires, sans doute avant la fin de l'année.

"On est encore dans une phase de consolidation, confirme Benoit della Faille, administrateur-délégué de Vivalto. Bien que tout ce qui a été vendu n'est plus à vendre, donc forcément ça se réduit. Mais il y a encore pas mal de petites institutions qui pourraient faire l'objet d'acquisitions. Ce sont des maisons de 60 à 100 lits, en général. Il y a aussi des petits groupes, des investisseurs qui ont deux ou trois maisons de repos qu'ils vendent en bloc."

La concentration du secteur est en cours depuis dix ou quinze ans maintenant, notamment sous l'impulsion de grands groupes français, tels que Medica ou Orpea, et belges dont Senior Assist, Armonea et Vivalto. Certains opérateurs se concentrent sur les soins aux personnes. Vivalto, lui, combine cette activité de soins aux personnes avec la gestion de l'immobilier.

Benoit della Faille poursuit : "On est à la fois opérateur immobilier et opérateur de soins. Ce sont deux métiers donc complètement différents l'un de l'autre. Nous avons donc deux filières opérationnelles, avec une direction pour l'immobilier, une direction pour la partie soin. Notre philosophie est de conserver le contrôle sur l'immobilier." L'administrateur-délégué de Vivalto pointe au passage une différence avec d'autres groupes du secteur : "Certains groupes vendent l'immobilier et se servent de leurs profits immobiliers pour financer la suite de leur extension opérationnelle. Nous, tant que c'est possible, nous continuons à essayer de créer de la valeur sur la partie immobilière."

Une demande supérieure à l'offre

Il faut aussi compter avec les sociétés immobilières pures, un troisième type d'acteurs qui s'est beaucoup développé dans le secteur ces dernières années. parmi elles : Cofinimmo ou Aedifica.

Le secteur des maisons de repos et de soin est stable, assez peu sensible à la conjoncture économique. La demande de places est nettement supérieure à l'offre. Chez Vivalto, par exemple, le taux d'occupation est de 99%. Or le vieillissement de la population va faire doubler la demande de lits en maisons de repos et de soins dans les prochaines décennies.

L'offre aura beaucoup de mal à suivre, ce qui promet des perspectives très intéressantes pour les investisseurs. Cette tension entre l'offre et la demande pousse les prix à la hausse, et avec elle, la rentabilité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK