Pour F. Hollande et A. Merkel, la Grèce doit persévérer dans l'austérité

La chancelière Angela Merkel et le président François Hollande se saluent à Berlin, le 23 août 2012
La chancelière Angela Merkel et le président François Hollande se saluent à Berlin, le 23 août 2012 - © John Macdougall

Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont appelé jeudi la Grèce à poursuivre ses efforts de rigueur budgétaire, avant de se retrouver pour un dîner de travail à Berlin.

"Nous voulons, je veux que la Grèce soit dans la zone euro", a déclaré le chef de l'Etat français, mais "il appartient aux Grecs de faire les efforts indispendables pour que nous puissions atteindre cet objetif", a-t-il averti.

De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel a souligné à propos de la Grèce qu'il était "important que tous tiennent leurs engagements" et indiqué qu'elle voulait "encourager (le pays) à poursuivre les réformes".

L'Allemagne attend le rapport de la troïka

Angela Merkel a par ailleurs répété qu'elle souhaitait "attendre le rapport de la troïka" des créanciers (Union européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) qui doit être rendu public fin septembre avant toute nouvelle décision sur l'aide à la Grèce.

Cette rencontre entre la chancelière allemande et le président français constitue une nouvelle étape du ballet diplomatique au cours duquel pourrait être décidé un assouplissement de la cure d'austérité demandée par Athènes en échange de son sauvetage financier.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK