Portugal: les cheminots en grève contre les coupes salariales

Les cheminots portugais en grève contre les coupes salariales
Les cheminots portugais en grève contre les coupes salariales - © PATRICIA DE MELO MOREIRA - IMAGEGLOBE

Le trafic ferroviaire était fortement perturbé mercredi au Portugal en raison d'une grève de 24 heures observée par les salariés du réseau ferroviaire Refer pour protester contre les coupes salariales prévues par le budget 2014.

Seuls environ 30% des trains circulaient, grâce au recours à un service minimum, dont la liaison quotidienne entre Lisbonne et la frontière espagnole en direction de la France, a indiqué une porte-parole des chemins de fer portugais Comboios de Portugal (CP).

Le fort taux d'adhésion à la grève "est une réponse claire des travailleurs" aux réductions de leurs salaires prévues par l'employeur "qui dépassent les 30 à 40%", a commenté Abilio Carvalho, dirigeant de la Fédération des syndicats de transports et communications.

Pour jeudi, CP prévoit des perturbations "légères" en raison d'une grève de 24 heures convoquée par une partie des syndicats représentant les salariés des chemins de fer pour dénoncer les mesures d'austérité annoncées par le gouvernement.

Des grèves partielles sont également prévues jeudi dans les services de bus urbains de Lisbonne et Porto, la grande ville du nord du pays.

Les salariés de Soflusa, une des entreprises assurant le transport fluvial entre Lisbonne et sa banlieue sud, observent depuis le début de la semaine des arrêts quotidiens de trois heures, provoquant de longues files d'attente.

Ces mouvements sociaux s'inscrivent dans le cadre d'une série de grèves dans le secteur des transports qui auront comme point d'orgue une manifestation samedi prochain à Lisbonne.

Les grévistes protestent contre les coupes dans les salaires des fonctionnaires et des employés des sociétés publiques prévues l'an prochain ainsi que des projets de privatisation des entreprises du secteur.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK