Plusieurs syndicats agricoles manifesteront ce jeudi à Bruxelles : "Une centaine de tracteurs" attendus

Plusieurs syndicats agricoles manifesteront ce jeudi à Bruxelles, à l’occasion d’un sommet européen à l’agenda duquel figure le délicat sujet du budget 2021-2027 de l’Union européenne. Plus d’une centaine de tracteurs sont annoncés.

La Fédération wallonne de l’agriculture (FWA) sera bien représentée, avec vraisemblablement "une centaine de tracteurs" et "plusieurs centaines d’agriculteurs" qui rallieront la capitale depuis les quatre coins de la Wallonie.

La FWA compte bien défendre le budget de la politique agricole commune (PAC), qui risque de pâtir du Brexit et de servir de variable d’ajustement des négociations budgétaires entre les 27.

"La mort de certaines exploitations agricoles"

Pour Marianne Streel, présidente de la FWA, la diminution du budget de la politique agricole commune, "c’est la mort de certaines exploitations agricoles". Interrogée ce jeudi sur les ondes de Matin Première, elle poursuit : "Nous en avons déjà perdu ici avec la PAC actuelle, qui avait déjà vu son budget globalement diminuer de 20%, et ici les prévisions sont de nouveau mauvaises. On parle de nouveau d’une diminution qui pourrait être encore autour des 20%."

"Les propositions actuelles impliquent une diminution du budget de 3,9% pour le premier pilier (les aides directes aux agriculteurs, NDLR) et jusqu’à -15% pour le second pilier (la politique de développement rural, cofinancée par l’UE et les États membres, NDLR)", s’inquiète la FWA dans un communiqué. Ces propositions ne sont pas acceptables, en particulier en regard des exigences accrues qui seront imposées par la PAC post 2020 aux agriculteurs européens, et a fortiori belges et wallons."

Marianne Streel ajoute : "Dans nos exploitations, les coûts de production sont supérieurs aux prix de vente, et donc le pilier 1 permettait avant de compenser le fait que l’on fournit de l’alimentation de haute qualité en quantité à un prix abordable pour le consommateur. Aujourd’hui, la PAC, pour un consommateur belge, lui coûte par jour 0,30 cents pour pouvoir manger trois fois par jour à un prix qui, pour la grande majorité d’entre nous, est abordable."

Un risque de voir s’écrouler encore davantage l’économie agricole

La FWA rappelle que les aides de la PAC constituent "l’essentiel si pas l’intégralité du revenu disponible" pour de nombreuses exploitations wallonnes. "Avec un budget PAC en baisse, on renforce ce risque de voir s’écrouler encore davantage l’économie agricole, avec des conséquences graves pour les filières tant en amont qu’en aval", avertit encore la FWA.

Cette dernière manifestera sur le rond-point Schuman, non loin des sièges de la Commission et du Conseil, aux côtés du Boerenbond et de l’ABS, ses partenaires au sein de l’Agrofront. La présidente de la FWA, Marianne Streel, rencontrera jeudi la Première ministre Sophie Wilmès (au 16, rue de la Loi à 10h), le ministre fédéral de l’Agriculture Denis Ducarme (à son cabinet à 11h) et, en fin de journée, le ministre wallon de l’Agriculture, Willy Borsus (à 19h30 à son cabinet).

Par ailleurs, l’European milk board (EMB), qui représente des dizaines de milliers d’éleveurs laitiers européens, manifestera pour sa part jeudi matin dans le quartier européen à Bruxelles, avec des producteurs de Lituanie, de Lettonie et d’Estonie, pour revendiquer une égalité de traitement des agriculteurs (via des conditions égales pour les paiements directs dans tous les pays de l’UE) et une politique agricole commune équitable.

L’EMB réitérera à l’occasion son appel à la mise en place d’un instrument de gestion de crise efficace pour le secteur laitier, comme la mise en place d’un "Programme de responsabilisation face au marché" prévoyant une baisse obligatoire de la production en cas de crise grave dans le secteur.

►►► La manifestation des agriculteurs a des conséquences sur le trafic, cliquez ici pour en savoir plus