Plusieurs centaines d'opposants à Amazon se sont rassemblés dans plusieurs villes de France

Plusieurs centaines d'opposants à Amazon se sont rassemblés dans plusieurs villes de France
Plusieurs centaines d'opposants à Amazon se sont rassemblés dans plusieurs villes de France - © SYLVAIN THOMAS - AFP

Plusieurs centaines de militants associatifs et citoyens se sont rassemblés samedi matin dans plusieurs villes de France pour protester contre Amazon, notamment près du Pont-du-Gard, où le géant américain de vente par correspondance projette d'installer un entrepôt de 38.000 m2.

A l'appel d'associations locales qui luttent contre ce projet situé sur la commune de Fournès (Gard), à proximité du joyau du patrimoine mondial, mais aussi de plusieurs autres associations écologistes et anticapitalistes, quelque 800 à 1000 personnes sont venues planter samedi matin des arbustes devant deux grandes banderoles proclamant "Stop Amazon" "Ni ici ni ailleurs".

Ils ont également formé une chaîne humaine pour montrer l'emprise du projet prévu le long de l'autoroute A9 sur 14 hectares. Des ballons multicolores flottant à 18 mètres montraient sa hauteur, équivalente à un immeuble de cinq étages.

"Ca fait deux ans que des citoyens de Fournès et des environs luttent contre l'implantation d'un énorme entrepôt d'Amazon. Au début ils étaient un peu seuls contre tous mais ont réussi à freiner le projet grâce à des recours juridiques" toujours en cours, a expliqué à l'AFP Raphaël Pradeau, porte-parole national d'Attac.

"Petit à petit, la lutte s'est élargie avec d'autres associations nationales et nous avons crée une coordination des différentes luttes locales contre des projets Amazon", souligne-t-il alors que d'autres mobilisations étaient prévues samedi en France, notamment à Metz, Quimper ou Rouen.

Pas des petites luttes isolées

"On veut montrer que ce ne sont pas des petites luttes isolées et que l'on peut mobiliser des centaines de personnes qui sont prêtes à revenir sur place pour empêcher des travaux", ajoute-t-il.

Un peu plus loin, Sarah Latour, 38 ans, est venue avec ses deux fils de 8 et 6 ans qui s'affairent joyeusement à planter un fragile arbousier dans des trous préalablement creusés sur le terrain en friche sur lequel poussaient auparavant des vignes depuis arrachées.

"Ces plantes, ces arbustes que nous plantons aujourd'hui c'est un symbole de vie par rapport à la bétonisation que pratique Amazon", explique la jeune femme. "Je suis venue avec mes enfants parce que je ne veux pas de ce modèle néfaste pour eux", ajoute la mère de famille résidant en Ardèche.

Les opposants au géant américain de la vente en ligne lui reprochent notamment des destructions d’emplois et de petits commerces, de mauvaises conditions de travail, une artificialisation des sols, un impact négatif sur le dérèglement climatique.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK