Plus de transparence pour les comptes d'épargne

Le compte d'épargne sera plus transparent
Le compte d'épargne sera plus transparent - © PHILIPPE HUGUEN- AFP/Belga

Le compte d’épargne reste le produit bancaire le plus important en Belgique. La plupart des Belges en disposent, certains en ont plusieurs: ces comptes représentent plus de 200 milliards d’euros. Mais s’il concerne tout le monde, ou presque, son mode de gestion reste parfois opaque aux utilisateurs. Quelle formule choisir ? Combien cela rapporte ? Quand les intérêts sont-ils payés ? Difficile d’avoir des informations transparentes et de faire des comparaisons entre les offres des différentes institutions bancaires.

C’est dans l’optique d’améliorer la lisibilité de l’offre qu’un accord a été conclu ce vendredi entre Johan Vande Lanotte, ministre des consommateurs, Steven Vanackere, ministre des Finances et Febelfin, la fédération regroupant les acteurs du secteur financier.

Fiche comparative

Les informations délivrées par les banques devront prochainement être simples et directes. L’épargnant pourra vérifier le taux réel offert grâce à une fiche standardisée, facilitant les comparaisons.

Il pourra également utiliser un simulateur calculateur, pour avoir un aperçu des offres proposées. Ce moyen sera disponible auprès de sa banque, et l'épargnant pourra vérifier aisément la situation en matière d'intérêts acquis et restant à acquérir sur son compte d'épargne. De cette manière, il doit être clair à quel moment il peut retirer de l'argent de celui-ci sans perdre la prime de fidélité.

Calculateur de taux

Ce calculateur indiquera le taux de base et la prime de fidélité en vigueur à ce moment, le montant de l'intérêt de base déjà acquis et le montant de la prime de fidélité pouvant encore s'ajouter aux différentes échéances.

Par ailleurs, la publicité sur les comptes d’épargne devra être formulée de façon simple et claire. Des règles ont également été élaborées qui fixent le contenu minimum des informations à fournir.

Offres conditionnelles interdites

Ensuite, les offres conditionnelles seront désormais interdites, car elles rendent difficile la comparaison entre différents comptes d'épargne et font que des clients existants reçoivent des conditions moins favorables pour un même type de compte d'épargne. La seule exception admise concerne toutefois le versement minimum.

Prime de fidélité versée quatre fois par an

Enfin, concernant le mode de calcul en lui-même, il devient uniforme. La prime de fidélité sera payée au début de chaque trimestre. Aujourd’hui, elle n’est payée qu’une fois par an.

L’accord prévoit aussi le regroupement des services de médiation fédéraux existants en un vaste service de médiation fédéral pour le consommateur.

Une "réformette", juge Test-Achats

Test-Achats a dénoncé vendredi l'accord intervenu entre la fédération des banques belges Febelfin et le gouvernement afin d'assurer dès l'année prochaine une meilleure information aux épargnants, l'organisation de défense des consommateurs parlant d'une "réformette" menée sous l'influence du "lobby bancaire".

Déplorant n'avoir pas été davantage consultée, l'association juge insuffisantes les mesures intégrées dans l'accord "conclu discrètement" par les ministres compétents et la fédération bancaire.

"Aujourd'hui, Test-Achats constate que le lobby bancaire a déterminé l'agenda, proposé et disposé selon les exigences de quelques grands acteurs du secteur, ceux-là mêmes qui ont été renfloués par les pouvoirs publics ou dont l'Etat est en partie actionnaire", critique l'organisation qui réclamait notamment la suppression pure et simple de la prime de fidélité pour faciliter le calcul des intérêts réels.

Celle-ci relativise aussi la création d'un simulateur, rappelant que ce genre d'outil existe déjà, notamment chez Test-Achats.

"La soi-disant méthode de calcul uniforme des primes devient plus compliquée maintenant qu'avant, le consommateur s'y perdra encore un plus. C'est sans doute l'objectif", dénonce encore l'association de consommateurs.

Celle-ci voit néanmoins quelques points "plus ou moins positifs" dans la réforme annoncé, notamment le paiement plus rapide de la prime de fidélité, la fiche d'information standardisée ainsi que l'interdiction d'offres conditionnelles.

Globalement, l'organisation juge néanmoins la réforme de nouveau ratée "par manque de courage politique et par l'omniprésence du lobby bancaire".

 

 

W. Fayoumi avec M. Visart et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK