Plus d'un ménage belge sur cinq est confronté à la précarité énergétique

Plus d'un ménage belge sur cinq (21,3%) est confronté à la précarité énergétique, selon le premier baromètre publié mardi par la plateforme de lutte contre la précarité énergétique gérée par la Fondation Roi Baudouin.

Selon le baromètre, réalisé par l'ULB et l'Université d'Anvers, environ 14% des ménages belges consacraient en 2013 une part trop importante de leur revenu disponible aux dépenses énergétiques. C'est ce qu'on appelle la précarité énergétique mesurée, l'excès de dépenses tournant autour de 61 euros par mois. "Les ménages qui ne disposent pas de revenus du travail sont manifestement plus vulnérables à la précarité énergétique que d'autres. Mais même des ménages avec un ou deux revenus du travail ne sont pas à l'abri de soucis. En effet, 9% de ces ménages vivent dans la précarité énergétique mesurée."

Pas d'amélioration de la situation depuis 2009

A ceux-là s'ajoutent environ 4,6% de ménages qui se restreignent potentiellement étant donné la faiblesse de leurs dépenses énergétiques par rapport aux ménages vivant dans une situation semblable. L'écart de cette précarité énergétique cachée s'élève à environ 94 euros mensuels.

Enfin, en ce qui concerne la précarité énergétique ressentie, près de 3% des ménages sont concernés. "Malgré l'ensemble des mesures mises en place, l'évolution des indicateurs entre 2009 et 2013 ne montre pas d'amélioration de la situation et même, au contraire, on observe une forte dégradation sur le plan du ressenti surtout en Flandre et en Wallonie", souligne la plateforme. Par contre, en ce qui concerne la précarité énergétique cachée, c'est la Région de Bruxelles-capitale qui enregistre le plus grand pourcentage de ménages affectés.

Les familles monoparentales les plus touchées

En règle générale, ce sont les familles monoparentales (dont plus de 80% ont à leur tête une femme), les isolés et les ménages comportant un seul sénior qui sont particulièrement fragiles face aux différentes formes de précarité énergétique.

Ce premier baromètre, qui sortira désormais annuellement, a été réalisé par l'Université libre de Bruxelles (ULB) et l'Université d'Anvers. Il se base sur les données de quelque 6.000 ménages belges. La Plateforme de lutte contre la précarité énergétique, créée et gérée par la Fondation Roi Baudouin, regroupe des acteurs du secteur (tels que producteurs, fournisseurs et gestionnaires de réseaux), des organisations et associations de la société civile (syndicats, associations environnementales, ...), des CPAS et unions de villes et de communes, des représentants des consommateurs, propriétaires et locataires ainsi que des experts du monde académique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK