Plans de relance post-Covid : le Portugal est le premier pays à recevoir le feu vert de l’Union européenne

Le Portugal est devenu mercredi le premier pays de l’Union européenne à recevoir le feu vert de Bruxelles pour son plan de relance financé par un emprunt commun inédit destiné à surmonter les conséquences économiques de la pandémie.

Le Portugal, qui assure la présidence semestrielle de l’UE, avait déjà voulu donner l’exemple en devenant en avril le premier pays à soumettre à Bruxelles ses projets d’investissements dans le cadre du plan de relance de 750 milliards d’euros, âprement négocié par les 27 jusqu’à son adoption en juillet 2020.

Economies dévastées

Après le Portugal, le périple d’Ursula von der Leyen passera par l’Espagne, deuxième bénéficiaire de ces fonds européens derrière l’Italie. Madrid doit toucher quelque 140 milliards d’euros au total, dont 70 milliards d’euros en subventions directes et autant sous forme d’emprunts.


►►► À lire : Le plan de relance belge en cinq points


Le Portugal et l’Espagne, "deux pays du sud de l’Europe, qui dans le passé ne se sont pas sentis accompagnés, ont bénéficié cette fois-ci d’un soutien et d’une générosité extraordinaire de la part de leurs partenaires du Nord", a commenté à l’AFP Toni Roldan, directeur du centre de recherche en politique économique EsadeEcPol de Madrid.

"Ambition réformiste"

Alors qu’un certain flou persiste sur les conditions attachées à ces plans de relance, l’Espagne et le Portugal auraient pu faire preuve d'"une plus grande ambition réformiste", a cependant estimé Toni Roldan.

"Je comprends que ce soit difficile pour la Commission, dans ce contexte très compliqué, avec la montée du populisme, toutes les souffrances post-pandémie, d’exiger des réformes très profondes, mais en même temps c’est le meilleur moment", a ajouté l’analyste.

Un mécanisme inédit de financement

Pour financer ces investissements, l’UE a dû s’accorder sur un mécanisme inédit qui lui a permis de réaliser mardi une première émission de dette commune, d’un montant de 20 milliards d’euros, saluée par Ursula von der Leyen comme "la plus grande opération" de ce type jamais réalisée en Europe. La Commission prévoit de lever d’ici la fin de l’année 100 milliards d’euros en obligations à long terme pour financer les plans nationaux.

Plan de relance de l'Union européenne: JT 21/07/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK