Pierre-Yves Dermagne, ministre de l’Économie et du Travail : "On ne pourra pas compenser à 100% les effets de cette crise"

Depuis ce lundi, les nouvelles mesures décidées vendredi par le Comité de concertation sont entrées en vigueur. Des nouvelles règles pour tenter d’enrayer la circulation du coronavirus, le Comité de concertation a notamment décidé de fermer le commerce non-essentiel pour au moins 6 semaines. Un deuxième choc pour un secteur qui se remet à peine du 1er confinement.

Comme il l’a fait pour l’Horeca, le gouvernement fédéral volera-t-il au secours d’un secteur qui risque une perte de 6 milliards ? 550 millions d’euros ont déjà été débloqués pour aider le secteur Horeca, en sera-t-il de même pour les commerces ? Pierre-Yves Dermagne (PS), ministre de l’Economie et du Travail, était l’invité de Matin 1 sur La Première, il assure que le fédéral aidera les commerces en difficulté : " L’objectif c’est d’aider l’ensemble des secteurs qui sont concernés mais aussi les travailleurs de ces secteurs. C’est la volonté du gouvernement fédéral, c’est de faire en sorte qu’on puisse amortir le choc économique et social de cette crise sanitaire avec des mesures de soutien. Des mesures à la fois générales qui bénéficieront au plus grand nombre mais aussi plus spécifiques en fonction des réalités vécues par les différents secteurs. On a toute une série de curseurs à placer pour que les aides soient les plus précises et les plus efficaces possible".


►►► Lire aussi : Toutes nos informations sur le coronavirus


Le ministre se veut aussi très clair : "On ne pourra pas compenser à 100% tous les effets de cette crise sanitaire, que ce soit au niveau économique ou social. Dire l’inverse, ce serait mentir. On fait le maximum du côté du gouvernement fédéral et des entités fédérées, pour apporter de l’aide à celles et ceux qui en ont le plus besoin. Des mesures seront d’ailleurs discutées aujourd’hui lors d’un Kern. Mais c’est un travail de longue haleine avec tous les représentants du secteur".

Ce serait idiot de ne rien faire ou de minimiser les aides

Quant à savoir s’il sera encore possible de sortir des enveloppes d’urgence, le ministre Dermagne estime qu’il ne faut pas se poser la question :"On doit soutenir les secteurs en difficulté quoi qu’il en coûte. Ce serait idiot de ne rien faire ou de minimiser les aides par rapport à tout ce qui a été fait jusqu’à présent. Pour quelques dizaines ou centaines de millions d’euros, on pourrait perdre tout le bénéfice de ce qui a été fait jusqu’à aujourd’hui. On doit donc vraiment continuer et rajouter une couche de soutien".

Pierre-Yves Dermagne souligne aussi qu’à côté de la crise économique il y a une crise sociale, il faut donc aussi aider les publics les plus fragilisés.

Des contrôles dans la grande distribution

Le secteur de la grande distribution restera ouvert mais il devra retirer de ses rayons les articles que l’on retrouve habituellement dans les magasins non-essentiels, qui eux ont dû fermer. "Avec l’inspection du travail, il y aura des contrôles comme avec les contrôles qui doivent vérifier le respect des mesures sanitaires. Il y aura des contrôles dans les magasins de la grande distribution mais aussi dans les autres magasins qui resteront ouverts. 190 inspecteurs auront pour mission prioritaire de vérifier que chacun et chacune jouent le jeu et ne profitent pas des mesures décidées pour s’enrichir de manière éhontée".

Sans doute oui, on aurait pu aller plus vite pour prendre des nouvelles mesures

Quant à la question de savoir si les mesures adoptées par le Comité de concertation sont arrivées trop tard, le ministre répond : " C’est difficile à dire. Sans doute oui, on aurait pu aller plus vite. Je regrette qu’on n’ait pas pu prendre ces mesures le plus rapidement possible. Mais ce n’était pas dû à un cafouillage mais plutôt à une vision, une sensibilité différente des chiffres. On est dans un État fédéral et il y avait un positionnement du gouvernement flamand plus attentiste par rapport aux résultats des dernières mesures prises lors des précédents Comité de concertation pour ralentir la propagation du virus".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK