Risquons-nous de manquer d'électricité dans les prochains mois?

Elia assure qu'il n'y a pas de risque de black-out
Elia assure qu'il n'y a pas de risque de black-out - © DIRK WAEM - BELGA

Elia, le gestionnaire de réseau, s'inquiète : deux réacteurs nucléaires, Doel 3 et Tihange 1, sont à l'arrêt en Belgique mais aussi plus d'une vingtaine en France. Voilà qui oblige notre pays à importer son électricité notamment des Pays-Bas.  

La rareté a un prix

Ce dimanche en fin de journée, la Belgique a acheté son électricité au prix inédit de 650 euros du MWh. C'est vingt fois plus élevé que les prix normaux.  La ministre fédérale de l’énergie, Marie-Christine Marghem explique : " Cette rareté sur les réseaux entraîne une forte hausse du prix de l’électricité en Belgique et en France. Pour combler notre approvisionnement d’aujourd’hui et de demain mardi aux heures critiques, soit entre 17 heures et 20 heures, il faut trouver l’énergie nécessaire". 

Cette énergie, nous allons la chercher sur le marché du prix de gros de l'électricité qui fonctionne comme une bourse répondant à la loi de l'offre et de la demande.

Quelles conséquences pour les consommateurs ?

Cette fièvre du marché a des conséquences pour nous consommateurs. Pour Damien Ernst, professeur en électromécanique à l’ULg, "On peut estimer que ces pics de prix resteront d’actualité jusqu’à la fin janvier.  Les consommateurs qui ont un contrat de fourniture d’électricité à prix variables seront exposés à une facture plus élevée ".

Les industries lourdes sont les premières à trinquer. Ces grosses consommatrices d'électricité vont payer cher leur facture énergétique des prochaines semaines. Les citoyens eux, sont protégés par une facture à prix fixe, mais une hausse n’est malgré tout pas impossible.

Pas de blackout à l’horizon selon Elia, mais la ministre reste vigilante et précise qu’elle peut activer la réserve stratégique dans un délai d’à peu près six heures. Cette réserve représente 750 MW d'électricité supplémentaires produits en Belgique avec des centrales électriques au gaz. Mais leur coût explique qu'elles ne sont actionnées qu'en cas de pénurie.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK