Ph. Maystadt: face aux paradis fiscaux, l'Europe doit parler d'une seule voix

Ph. Maystadt: face aux paradis fiscaux, l'Europe doit parler d'une seule voix
Ph. Maystadt: face aux paradis fiscaux, l'Europe doit parler d'une seule voix - © BELGA PHOTO DIRK WAEM

La fraude et l'évasion fiscale, on n'a pas fini d'en parler, surtout après les révélations d'OffshoreLeaks. Pour l'ancien ministre des Finances Philippe Maystadt, cela va aider à réduire l'opacité des paradis fiscaux, mais il faut aussi que les Européens agissent ensemble contre les paradis fiscaux.

Les révélations de la semaine dernière sur les mécanismes de fraude et d'évasion fiscale dans ce qu'on appelle l'OffshoreLeaks continuent à faire parler d'elles.

Invité dans Matin Première, l'ancien ministre belge des Finances Philippe Maystadt espère que l'effet positif de cet OffshoreLeaks sera de remettre en route la lutte contre les paradis fiscaux.

"C'est positif de porter atteinte à l'opacité qui règne dans ces paradis fiscaux", dit-il, "on peut accepter que des Etats aient des régimes fiscaux différents, cela fait partie de la souveraineté nationale, mais le problème c'est que ces Etats qui pratiquent la taxation faible ou nulle refusent la coopération internationale, maintiennent l'opacité, protègent les fraudeurs, c'est ça qui n'est pas acceptable, et donc tout ce qui va dans le sens d'une plus grande transparence est certainement positif."

Lutter contre le chacun pour soi

Philippe Maystadt estime qu'il faut faire pression contre les paradis fiscaux mais aussi les intermédiaires qui contribuent à mettre en place des montages pour échapper à l'impôt.

Il faut aussi agir à tous les niveaux, y compris au niveau européen, et c'est difficile à cause de la règle de l'unanimité en vigueur dans le domaine fiscal, ce qui force à se résigner à agir à moins de 27, via la coopération renforcée. C'est moins efficace, relève l'ancien président de la Banque européenne d'investissement.

Fraude fiscale: 2000 euros perdus par an par citoyen

Environ 1000 milliards d'euros sont perdus chaque année du fait de la fraude et de l'évasion fiscale, explique Philippe Maystadt, c'est comme si on prenait chaque année 2000 euros dans la poche de chaque citoyen européen. Cela veut dire moins de rentrées fiscales, et cela concerne l'ensemble des citoyens: on augmente les impôts des contribuables honnêtes. "On serait plus efficace si on réagissait conjointement face à ces paradis fiscaux".

Si l'Europe parlait d'une seule voix, elle serait plus efficace. Les Etats-Unis ont réussi à faire évoluer la Suisse.

Dans ce domaine aussi, il faut s'efforcer de définir une politique commune européenne. On ne peut pas se limiter à un grand marché, à des règles de discipline budgétaire et pour les membres de l'eurozone, à une politique monétaire, affirme Philippe Maystadt.

Il faut aussi d'autres éléments fédérateurs, dit-il: un socle social minimum, un salaire minimum en particulier, et une harmonisation fiscale, pour ce qui touche les facteurs les plus mobiles, en particulier l'impôt des sociétés. Il faut harmoniser la base taxable des société avec un taux minimum et un taux maximum entre lesquels les Etats pourraient choisir, précise Philippe Maystadt.

RTBF

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK