Peu de progrès en matière d'égalité hommes-femmes dans les pays de l'OCDE

Les inégalités entre les hommes et les femmes persistent dans tous les pays ainsi que dans tous les domaines de la vie sociale et économique, souligne l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) dans son rapport "Atteindre l'égalité femmes-hommes: un combat difficile", présenté mercredi.

La situation a peu évolué ces cinq dernières années bien que les taux d'activité des femmes se soient rapprochés de ceux des hommes.

L'égalité entre les femmes et les hommes n'est pas seulement un droit humain fondamental mais constitue également la pierre angulaire d'une économie prospère et moderne, souligne l'OCDE.

Pourtant, si les jeunes femmes restent plus longtemps aux études que les hommes dans les pays membres, elles sont beaucoup moins susceptibles d'étudier dans les domaines lucratifs des sciences, des technologies, de l'ingénierie et des mathématiques (STIM) ainsi que d'occuper un emploi bien rémunéré, indique le rapport.

Les femmes sont par contre plus souvent confrontées au temps partiel, aux discriminations et leurs chances d'accéder à des postes de direction sont moindres. En moyenne, la salariée médiane à temps plein dans la zone OCDE gagne près de 15% de moins que son homologue masculin.

"La réduction de 25% d'ici 2025 de l'écart entre le taux d'activité des femmes et celui des hommes pourrait, sous l'effet d'une augmentation de la population active, ajouter 1 point de pourcentage à la croissance prévue du PIB de référence dans les pays de l'OCDE sur la période 2013-25", ajoute encore Angel Gurría, secrétaire général de l'organisation.

Des progrès en Belgique

Le rapport évoque également certains progrès dans la zone OCDE. Plusieurs pays proposent par exemple de fortes incitations financières aux pères pour qu'ils prennent un congé parental d'au moins deux mois, environ deux tiers des membres ont mis en place de nouvelles initiatives en faveur de l'égalité de rémunération depuis 2013 et la lutte contre la violence faite aux femmes est une question prioritaire dans la plupart des pays.

L'étude pointe également les progrès enregistrés en Belgique. Le pays fait par exemple partie des quelques membres à mener des campagnes d'information sur le harcèlement sexuel et à appliquer des quotas obligatoires concernant la représentation des femmes dans les conseils d'administration des sociétés anonymes et/ou des entreprises publiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK