Pétrole: l'Iran et le Venezuela veulent coopérer

Le président iranien Hassan Rohani (gauche) et le président vénézuélien Nicolas Maduro le 10 janvier 2015
Le président iranien Hassan Rohani (gauche) et le président vénézuélien Nicolas Maduro le 10 janvier 2015 - © Atta Kenare

Le président iranien, Hassan Rohani, et son homologue vénézuélien, Nicolas Maduro, en visite à Téhéran, ont appelé à une coopération au sein de l'Opep pour soutenir les prix du pétrole, a rapporté samedi le site du gouvernement iranien.

"Sans aucun doute, la coopération des membres de l'Organisation des pays producteurs de pétrole qui sont sur la même ligne pourra permettre de neutraliser les plans de certaines puissances contre l'Opep et stabiliser les prix à un niveau acceptable en 2015", a déclaré le président Rohani lors de sa rencontre avec M. Maduro.

Le président vénézuélien a aussi demandé "la coopération des pays exportateurs pour ramener la stabilité du prix du pétrole, qui est un produit stratégique".

En recevant M. Maduro, le numéro un iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a également dénoncé "la baisse bizarre des prix du pétrole en si peu de temps, qui ne peut être qu'un acte politique et non économique".

"Nos ennemis communs utilisent le pétrole comme un levier politique et ont très certainement un rôle dans la baisse des cours", a déclaré M. Khamenei en faisant allusion aux Etats-Unis et à l'Arabie saoudite.

L'Iran et le Venezuela, tous deux membres de l'Opep, souffrent de la chute du prix de l'or noir, tombé en dessous de 50 dollars le baril.

"ramener le prix du pétrole à un minimum acceptable"

Les deux pays critiquent la politique de l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, qui a refusé une baisse de la production du cartel pour empêcher la chute des prix.

Le président Rohani et d'autres responsables iraniens ont dénoncé à plusieurs reprises Ryad pour son refus de coopérer pour faire remonter les cours.

M. Maduro a affirmé que certains pays de l'Opep et non-Opep comme la Russie cherchaient à "trouver un mécanisme pour ramener le prix du pétrole à un minimum acceptable".

Le président vénézuélien est arrivé à Téhéran dans la nuit de vendredi à samedi pour une visite de 24 heures, sa première dans ce pays depuis son accession à la présidence en 2013.

Téhéran et Caracas ont renforcé depuis le milieu des années 2000 leurs relations politiques et économiques. Les ex-présidents Mahmoud Ahmadinejad et Hugo Chavez avaient largement développé ces relations en insistant sur leur politique anti-américaine commune.

M. Rohani a souligné que l'Iran poursuivrait "sa coopération avec le Venezuela dans les domaines du logement, des transports, de l'industrie, de l'alimentation et des médicaments pour satisfaire les besoins de ce pays".

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK