Pénuries de courant et immobilier sapent la croissance en Chine

"Les incertitudes s’accumulent": la Chine a vu sa croissance s’essouffler au troisième trimestre, avec une hausse du PIB de 4,9%, conséquence de la crise de l’immobilier et des pénuries d’électricité qui pénalisent les entreprises.

Ce ralentissement était largement anticipé. Un groupe d’analystes sondés par l’AFP tablait toutefois sur une décélération moins prononcée (5%).

Au deuxième trimestre 2021, le produit intérieur brut (PIB) du pays avait enregistré une hausse de 7,9% sur un an, après un rebond sur la période janvier-mars (18,3%).

Bien que sujet à caution, le chiffre officiel du PIB de la Chine est toujours scruté de près compte tenu du poids du pays dans l’économie mondiale.

D’un trimestre à l’autre, la croissance du géant asiatique progresse de 0,2% seulement, un rythme bien inférieur à celui de la période avril-juin (1,3%).

"Les incertitudes liées à la conjoncture mondiale s’accumulent, tandis que la reprise intérieure reste instable et inégale", a relevé le Bureau national des statistiques (BNS).

Ce ralentissement de la croissance est lié principalement à "des coupures de courant, au rebond épidémique dans certaines régions en août, à des perturbations des chaînes d’approvisionnement et au ralentissement dans l’immobilier", relève pour l’AFP l’analyste Rajiv Biswas, du cabinet IHS Markit.

"Incertitude considérable"

Désormais quasi débarrassée du Covid-19, la Chine voit sa reprise menacée par la forte hausse du coût des matières premières, en particulier du charbon, dont le pays est très dépendant pour alimenter ses centrales électriques.

Résultat : les centrales tournent au ralenti, malgré une forte demande, et l’électricité est rationnée, ce qui a fait bondir les coûts de production et pénalisé les entreprises.

Chine: faillite du géant de l'immobilier Evergrande (JT 16/09/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK