Orange confirme le choix de Bruxelles comme première ville belge où déployer la 5G

Orange confirme le choix de Bruxelles comme première ville belge où déployer la 5G
Orange confirme le choix de Bruxelles comme première ville belge où déployer la 5G - © Tous droits réservés

Orange Belgium a choisi Bruxelles comme première ville en Belgique où l'opérateur télécom déploiera la 5G, le réseau mobile de cinquième génération. C'est ce qu'a annoncé mercredi son administrateur délégué Michael Trabbia, en marge de l'événement Hello Show à Paris, où Orange a présenté plusieurs nouveautés pour le groupe. Cela se fera dès l'année prochaine avant une probable commercialisation de cette technologie en 2020.

La Belgique fera partie des premiers pays européens où sera déployée la 5G aux côtés de la France, se félicite le groupe Orange.

Cette décision a été rendue possible grâce au protocole d'accord conclu entre le gouvernement bruxellois et les opérateurs de téléphonie mobile afin de permettre le développement de ce réseau mobile du futur dans la capitale. Il a ensuite été décidé de revoir les normes d'émissions à la hausse, pour passer à 14,5 volts par mètre, contre 6 V/m actuellement. Sans cela, le déploiement de la 5G aurait été impossible à Bruxelles et il aurait fallu choisir une autre ville, ne cessaient de marteler les opérateurs jusque là.

 

Orange a à présent choisi d'y développer en premier sa technologie, justifiant cette démarche par son statut de capitale belge et de l'Europe. L'opérateur doit désormais entrer dans une phase de sélection des fournisseurs et de préparation de permis. Le déploiement se fera courant 2019, avant une commercialisation l'année suivante.

Pas la première ville européenne

Le géant de l'électronique chinois Huawei, dans l'oeil du cyclone actuellement en raison de soupçons de liens avec les services secrets chinois, fera-t-il partie de ces fournisseurs? "Nous n'avons pas encore fait de choix", répond Michael Trabbia.

"Cela sera décidé l'année prochaine. Ce sera évidemment un point important. Nous serons attentifs aux positions et décisions qui émaneront des autorités (le Centre pour la cybersécurité Belgique mène actuellement une enquête, qui pourrait mener au bannissement de Huawei en Belgique, ndlr) car nous sommes particulièrement sensibles aux questions de sécurité. Mais nous n'avons pas de problème particulier aujourd'hui" concernant cette entreprise, qui ne fournit pas le coeur du réseau à Orange, assure son administrateur délégué.

La Belgique ne sera, en tout état de cause, pas le 1er pays européen où sera lancée la 5G en raison des enchères prévues pour le spectre qui n'auront lieu que fin 2019. Le résultat de celles-ci sera "structurant" par rapport à la capacité à la développer et la déployer, insiste Michael Trabbia.

L'occasion pour lui de répéter une énième fois son opposition à l'arrivée, à cette occasion, d'un 4e opérateur mobile avec son propre réseau. S'il y en a quatre, il y aura moins d'argent pour les développer. Un tel marché ne fonctionnerait pas et ne génèrerait pas suffisamment de valeur pour financer ce 4e réseau, laisse-t-il entendre. "Nous sommes en faveur de la concurrence et la dynamique en la matière a d'ailleurs été très forte en 2018. Mais il faut se permettre d'investir dans les réseaux. Il n'y a pas de business model pour un 4e opérateur. Ce n'est pas viable", souligne-t-il.

 

Archives : Soir Première 23/10/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK