Oignons, pommes de terre,...: à Wanze, le glanage est "organisé", mais ailleurs, a-t-on le droit de "se servir"?

Véritable tradition d'antan, le glanage bat son plein en cette période de récoltes pour de nombreuses cultures. Pourtant il est de moins en moins pratiqué et c'est une véritable manne alimentaire qui est perdue chaque année.

En Hesbaye du coté de Wanze, on a décidé de l'organiser avec l'accord des agriculteurs via le groupe d'action locale: ils préviennent dès qu'ils ont récolté, et les 500 personnes inscrites sont alertées par SMS. Six opérations du genre ont déjà eu lieu cette année.

Mais quand il n'est pas organisé, le glanage est-il légal? 

La réponse est oui... mais à certaines conditions uniquement.

Pour retrouver l'article de loi qui "sort" cette technique du champ d'un vol simple, il faut se plonger dans le code rural, et plus particulièrement  l'article 11, qui date du 7 octobre 1886. Celui-ci précise: "Le glanage ne peut être pratiqué que par les vieillards, les infirmes, les femmes et les enfants âgés de moins de douze ans et seulement sur le territoire de leur commune, dans les champs non clos, entièrement dépouillés et vidés de leurs récoltes, et à partir du lever jusqu'au coucher du soleil, seulement à la main".

Interdit aux adultes.... en principe

Interdit pour les adultes et en-dehors de sa commune, alors?

En principe, oui, mais dans la pratique, tout le monde est autorisé à glaner quel que soit son âge, et quelle que soit la commune, selon la Fédération wallonne de l'Agriculture. La seule condition vraiment importante à respecter, c'est que le ramassage doit se faire à la main.

Pour le reste, aucun agriculteur n'a jamais porté plante, au contraire: le glanage les arrange plutôt, car leur champ est "nettoyé".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK