Nucléaire: Myrrha suit son cours malgré les affaires courantes

Ce nouveau réacteur sera construit à Mol et devrait entrer en fonction en 2023. Il a pour projet d'utiliser des déchets radioactifs pour fonctionner. Myrrha sera le premier démonstrateur au monde pour apporter la preuve qu'il est possible d'incinérer des déchets nucléaires. C'est aussi un vaste projet de recherches pluridisciplinaires belge qui veut être à l'origine de synergies avec les plus grands chercheurs du monde entier. Le gouvernement belge y croit et apporte 40% du milliard nécessaire à l'élaboration et à la construction de ce réacteur.

Myrrha c'est aussi un des 50 projets prioritaires de l'Europe.

Myrrha a été l'occasion de signer un contrat de recherche de longue haleine avec l'Institut Von Karman pour la dynamique des fluides, une institution qui travaille notamment pour la NASA. Les chercheurs vont y construire une maquette à l'échelle 1/8ème du réacteur et tester la résistance des circuits dans lesquels passera le liquide de refroidissement, le mercure Bismuth.
Un défi de taille pour les 40 chercheurs, au vu des conditions dans lesquelles le système devra opérer, car le métal liquide de refroidissement sera soumis à des températures et des radiations élevées. Mais un défi qui place la recherche belge à nouveau à la pointe de la science nucléaire.

Françoise Baré

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK