Nouvelle restructuration annoncée chez Siemens: 6.900 emplois supprimés

IG Metall a jugé "irresponsable" de mettre à la porte des milliers d'employés alors que le groupe affiche des résultats positifs
3 images
IG Metall a jugé "irresponsable" de mettre à la porte des milliers d'employés alors que le groupe affiche des résultats positifs - © CHRISTOF STACHE

Objectif rentabilité: l'industriel allemand Siemens, déjà largement bénéficiaire, a détaillé ce jeudi à ses employés un vaste plan de restructuration qui menace des milliers d'emplois dans le secteur énergétique, en pleine transition. Le groupe allemand a annoncé la suppression de 6.900 postes dans le monde, dont la moitié en Allemagne dans les branches énergie et automatisation. Les sites de Görlitz et Leipzig seront fermés.

"Siemens répond à l'accélération rapide des changements structurels dans la production d'énergies fossiles et le secteur des matières premières", explique le groupe dans un communiqué publié jeudi, insistant sur la chute de la demande pour les turbines à gaz. Ces suppressions concernent 1.100 postes dans le reste de l'Europe et 2.500 hors Europe, dont 1.800 aux Etats-Unis.

La branche énergie du conglomérat, qui produit aussi bien des turbines à gaz, des éoliennes que des locomotives, avait déjà été réduite lors d'un vaste plan de restructuration de Siemens en 2013.

Mais Joe Kaeser, à la tête d'un groupe qu'il a transformé à marche forcée depuis quatre ans pour redresser ses marges, a annoncé jeudi dernier de nouvelles "coupes douloureuses".

"Nous devons nous attaquer aux difficultés structurelles de certaines activités", avait-il glissé la semaine dernière sans précisions, préférant détailler l'année "record" de Siemens: un bénéfice net annuel de 6,2 milliards d'euros lors de son exercice décalé 2016-17, en hausse de 11% sur un an, et 83 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

L'entreprise fondée par Wener von Siemens en 1847 est également présente en Belgique et au Luxembourg, où elle emploie 1.800 salariés.

La principale usine menacée

Le géant allemand a déjà annoncé début novembre la suppression de 6000 emplois au sein de sa coentreprise leader mondial de l'énergie éolienne, Siemens-Gamesa, en raison d'une baisse des ventes. Selon le journal Manager Magazin, Siemens envisage désormais la fermeture de onze de ses 23 sites mondiaux de production électrique, qui emploient au total 30.000 personnes, dont 12.000 en Allemagne.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK