Nouvelle déroute sur les marchés boursiers aux Etats-Unis

Nouvelle déroute sur les marchés boursiers aux Etats-Unis
Nouvelle déroute sur les marchés boursiers aux Etats-Unis - © BRYAN R. SMITH - AFP

L'indice le plus connu de wall street, l'indice Dow Jones a plongé d'un peu plus de 4% jeudi soir. Il avait déjà perdu près de 5% lundi. Assiste-on à un krach sur les marchés boursiers?

Selon l'économiste Bruno Colmant, "ce n'est pas un krach comme ceux qu'on a pu connaitre en 1929 ou en 87, mais c'est une sévère correction puisque les cours ont chuté d'environ 10% depuis le mois de janvier.Cela signifie que les investisseurs sont en train de donner une nouvelle valeur à la bourse de manière assez abrupte."

Excès de valorisation

Cette correction tient au fait que la valeur des actions américaines s’est envolée depuis plusieurs mois à des niveaux manifestement excessifs. Il était inévitable que ça s’arrête un jour. Les boursiers utilisent d’ailleurs un dicton célèbre pour résumer ça: les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Il y a par ailleurs un deuxième élément important: la remontée des taux d’intérêt aux États-Unis.

"Cette augmentation des taux d'intérêts n'est pas fulgurante (environ 3%), mais c'est une situation qu'on n'avait pas connue depuis une dizaine d'années," explique Bruno Colmant. "Ce n’est pas en tant que tel un problème, parce qu’une normalisation monétaire est plutôt une bonne nouvelle. Ça veut dire que le système retrouve des bases qui sont stabilisées." 

Ce mouvement pourrait encore continuer. "D’habitude, les tendances baissières ne s’arrêtent pas instantanément, le marché essaie de trouver des bases stabilisées, mais on peut imaginer que la dynamique de baisse dure encore un peu", explique Bruno Colmant. "Un peu partout dans le monde, les Bourses vont certainement baisser, mais ça ne veut pas dire pour autant qu’un krach massif est à attendre. Ça veut simplement dire qu’un phénomène de normalisation est en train de se mettre en place. "

L'écomatin de ce vendredi 9 février

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK