NLMK-Duferco: Elio Di Rupo veut une phase informelle de discussions

Les deux directions des entreprises sidérurgiques de La Louvière, en grandes difficultés, ont souligné mercredi tant devant le gouvernement wallon que devant le Premier ministre Elio Di Rupo l'urgence de la reprise du dialogue avec les partenaires sociaux.

Le président de Duferco Belgium, Antonio Gozzi, a ainsi rappelé que des mesures urgentes devaient être prises sans lesquelles la survie de la société ne pourrait plus être assurée. Une solution doit en effet être trouvée d'ici la fin de l'année. Oleg Bagrin, président du comité exécutif du groupe NLMK, et Horacio Malfatto, président de NLMK Europe, ont quant à eux à nouveau déploré que 20 jours se soient écoulés depuis le conseil d'entreprise du 18 octobre où avait été présenté le plan de réduction des coûts qui toucherait 601 emplois sur les deux sites sidérurgiques. Les deux directions ont de nouveau exprimé leur souhait de réouverture urgente du dialogue social, une solution de sauvetage étant indispensable dans les prochaines semaines.

Le Premier ministre Elio Di Rupo a quant à lui reconnu la situation très grave des deux entreprises louviéroises. Il a notamment indiqué qu'il était urgent qu'il y ait une phase informelle de discussions entre les différentes parties avant d'entamer les négociations.

Les délégations syndicales rencontreront à leur tour le gouvernement wallon jeudi à 12h00 à Namur.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK