New York accorde une première licence de bitcoins

L'heureuse élue est la société itBit Trust Company LLC, qui en avait fait la demande en février. Cette licence lui permet d'opérer immédiatement tout en se conformant à la régulation imposée à un "trust", est-il précisé.

Cette licence signifie également que la société s'est engagée à protéger les consommateurs, à renforcer sa sécurité contre les attaques informatiques et à respecter les lois américaines contre le blanchiment d'argent.

itBit Trust devrait aussi se conformer dans les prochaines semaines aux lois régulant le secteur qu'est en train de finaliser Benjamin Lawsky.

D'autres dossiers d'entreprises candidates sont à l'étude, a dit à l'AFP un porte-parole de M. Lawsky sans toutefois donner de nom.

Lancé en 2009 par un (ou plusieurs) mystérieux programmeur informatique, le bitcoin est une monnaie qui peut être utilisée via un système de paiement anonyme et stockée virtuellement ou sur le disque dur de l'ordinateur de l'utilisateur. Ses promoteurs font valoir que les monnaies virtuelles permettent de transférer des fonds plus facilement.

Mais les régulateurs avancent que le manque de législation associé à son caractère anonyme rendent cette monnaie risquée.

Les doutes sur sa viabilité se sont renforcés suite à la fermeture de la plateforme d'échanges japonaise MtGox l'an dernier, avec quelque 300 millions de dollars en bitcoins qui se sont envolés au passage.

Depuis, les investisseurs ont quelque perdu confiance même si ses promoteurs continuent de répéter qu'elle reste un moyen efficace de transférer des richesses sans être tributaire des vicissitudes politiques qui pèsent sur les monnaies traditionnelles.

Pour finir de rassurer les investisseurs, itBit Trust a annoncé jeudi avoir élargi son conseil d'administration à des personnalités dont la réputation n'est pas contestée comme l'ancien sénateur démocrate américain Bill Bradley ou encore l'ancienne présidente de l'autorité de garantie des dépôts bancaire américaine FDIC Sheila Bair.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK