"Neutralisons la baisse des prix du pétrole, via des taxes, pour mieux en redistribuer les fruits"

Un pétrole sous la barre des zéro dollar pendant quelques heures ? Comment est-ce possible ? Quelles conséquences pour l’économie si le pétrole devait rester durablement aussi peu cher ? Ce sont les questions que l’on a posées ce mardi à Etienne de Callataÿ, chef économiste chez Orcadia Asset Management et professeur à l’UNamur.

Pour lui, tout d’abord, des prix du pétrole bas sont plutôt une bonne nouvelle, pour la relance économique d’après-crise. “Avec des prix aussi bas il y en a forcément certains qui gagnent et d’autres qui perdent… Ceux qui perdent ce sont les pays exportateurs et les actionnaires. Ceux qui gagnent ce sont notamment les ménages qui doivent faire leur plein et remplir leur cuve de mazout. Au total c’est plutôt bon pour l’économie. En effet, les pays exportateurs (l’Arabie Saoudite, par exemple) ne font pas toujours un très bon usage de leur argent et les actionnaires dépensent rarement tous leurs gains. Par contre, il est raisonnable de penser que les ménages eux, vont dépenser ce qu’ils ont économisé sur leurs pleins et que donc cela soutiendra plus sûrement la consommation et dopera la relance économique”

Un frein à la transition énergétique

Ceci dit, Etienne de Callataÿ fait tout de même une proposition aux Etats européens dont la Belgique : “Neutralisons la baisse des prix pétroliers, via des taxes pour assurer une meilleure redistribution”. Pour lui, le risque avec des prix pétroliers très bas est que cela profite surtout à ceux qui consomment beaucoup de carburants fossiles et pas forcément aux ménages ou isolé.e.s qui ont le plus besoin d’aide en ce moment, face à cette crise du coronavirus.

L’économiste estime que des prix du pétrole trop bas seront un frein à la transition énergétique et qu’ils ne seront pas équitablement profitables. “Faisons donc usage d’un cliquet. L’Etat collectera davantage d’argent et pourra mieux cibler la redistribution en direction de ménages qui vont consommer et pas de ménages qui vont épargner”

CQFD, Ce Qui Fait Débat, en mode grand entretien : Chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h45 sur La Trois. L’entièreté de l’émission à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK