NEST'up, l'accélérateur de start-up: "Une bonne idée, ça ne vaut rien"

Parmi les six projets, Utopiix vise à devenir la banque d'images de référence pour illustrer du contenu web.
5 images
Parmi les six projets, Utopiix vise à devenir la banque d'images de référence pour illustrer du contenu web. - © Thibault DREZE - RTBF

Ce jeudi soir avait lieu en l'auditoire Vauban, flambant neuf, à Namur, le Demo Day. L’aboutissement de l’aventure NEST'up pour six start-up en quête de succès.

NEST'up, c’est un accélérateur de projet, une fabrique d’entrepreneurs. Ce programme financé par la Région wallonne permet à de jeunes créatifs et entrepreneurs de suivre une formation intense de trois mois pendant laquelle ils auront l’occasion de faire grandir leur projet encadré par des professionnels et des personnes ayant acquis une expérience de taille dans le milieu. Cette soirée Demo Day était l’occasion pour ces jeunes entrepreneurs de dévoiler le fruit d'un travail accompli durant 12 semaines mais représente également l’aboutissement de cette véritable aventure humaine.

Six équipes, six projets

Six projets ont été retenus durant l’aventure et ont eu l’occasion de se présenter face au public.

Le premier, SportyMe, se présente comme le LinkedIn du sport et veut répondre aux besoins des sportifs et des personnes du monde du sport, trouver et être trouvé. Cela passe par la création d’un CV sportif online et par une plateforme d’échange via un réseau social dédié au sport.

Ensuite, Flavour Of veut offrir aux touristes de passage en Belgique un nouveau type d’expérience. Cela mêle des expériences réelles, virtuelles et sensorielles pour assurer des expériences hors du commun lors de la visite d'un parc, d'une ville ou encore d'un musée.

Troisièmement, Toppings veut améliorer le système de livraison à domicile en se concentrant sur un plat en particulier, les pizzas. En développant le concept de Pizza Gourmet.

BeautyDash permet de profiter d’un service de soin de beauté et de coiffure à domicile.

Wordof veut devenir le réseau des bons tuyaux en mettant en avant le bouche à oreille afin de trouver le meilleur prestataire de services possibles.

Enfin, Utopiix veut devenir la banque d’images de référence pour permettre à tous les professionnels d’illustrer de la manière la plus efficiente leur contenu web.

On veut aider les gens qui se lancent

Damien Van Achter est l'un des fondateurs de NEST'up. À l’origine, en 2012, les fondateurs voulaient mettre en place des méthodes afin d’aider les gens qui désiraient se lancer.

"Le tout en faisant en sorte qu’ils se plantent au plus vite. En Belgique, quand on se trompe on est mal vu, c'est qu'on a raté. Le principal objectif est d’adopter une méthode. On s’est inspiré de ce qui se faisait aux États-Unis où la mentalité est autre et on a essayé de l’adapter pour la Belgique. On a amené ces méthodes pour que ces entrepreneurs apprennent les outils nécessaires à leur développement. Le but est de s’entourer, c’est pour cela que le programme n’accepte pas de personne seule, il faut que les talents soient complémentaires et coopèrent. Il faut rappeler que tout le boulot, c’est eux qui le font. On est là pour minimiser le risque, l'inscription est d'ailleurs gratuite et puis ils ont l'occasion de se mettre en vitrine pendant cette soirée. C'est un exercice ultra difficile, je peux vous l'assurer."

Le but est de gagner du temps

David Valentiny est directeur du Creative Wallonnia, un programme-cadre qui englobe NEST’Up et qui place la créativité et l’innovation au cœur du projet.

"La démarche de NEST'up est triple, indique-t-il. D’abord, pousser à entreprendre. Ensuite, il y a un aspect pédagogique, permettre à tous d’utiliser les outils et les méthodes que l’on teste au quotidien grâce à ce type de programme. Et, enfin, sensibiliser, attirer l’attention sur les techniques qui se développent (l'impression 3D par exemple)."

"Dans le cadre de l’accélérateur de start-up, le but et de gagner du temps, c’est une contraction temporelle, vivre en 3 mois toutes les interrogations et doutes possibles. On les envoie dans le mur après une semaine, car c’est le meilleur moyen d’apprendre et d’en retirer une expérience. On les a forcés à vendre quelque chose, la plupart d’entre eux n’avaient encore rien de concret à ce moment là et, pourtant, ils ont du vendre ce projet."

"On les confronte à la réalité, nous sommes un laboratoire où on produit du contenu. Ensuite, il faut sortir de sa bulle. C’est le but de la soirée d’aujourd’hui. Comme si c’était la première d’une pièce de théâtre. Ils déploient leurs ailes. Ou pour reprendre la métaphore de l’incubation, ils sortent de leur coquille. Et puis si après ces 3 mois, le projet ne prend pas, et bien ils en feront un autre grâce aux méthodes qu’ils auront apprises. On en retire une véritable passion et motivation chaque édition est un vent de fraîcheur."

Une startup a plusieurs vies

Benoit Lips et Olivier Verbeke sont les co-fondateurs NEST'up : "Une start-up, ça cherche, c’est une peu une balle magique et qui rebondit dans tous les sens. Une start-up c’est aussi plusieurs vies, une remise en question perpétuelle. C’est beaucoup d’échec, que nous mêmes avons connus. En Belgique, tout le monde attend qu’une start-up développe un Facebook issu de notre pays, la grosse réussite. Mais on ne démérite pas, le ratio est bon pour un si petit pays, il ne faut jamais perdre de vue que, la Belgique, ce sont 11 millions d’habitants."

Une bonne idée, ça ne vaut rien

Tous ont répété ces mots : "Une idée ça ne vaut rien". On peut se dire qu’en 2016 une bonne idée suffit et qu'on peut partir de là pour connaître le succès. C’est faux. C’est la condition nécessaire; après vient un processus. Il faut une équipe complémentaire, qui correspond au concept. Il faut sans cesse retailler cette idée, la transformer, la tester, solutionner un problème. Le succès est le point de convergence de nombreux facteurs, être là au bon endroit, au bon moment. La chance représente une bonne partie de ces facteurs. Mais la chance ça se provoque. Comme les opportunités, il faut saisir l’instant, car si on ne développe pas son idée, quelqu’un d’autre le fera.

Parmi les participants aux précédentes éditions, on peut noter le succès rencontré par Take Eat Easy ou encore Sortlist. La liste complète est à consulter sur le site de NEST'up.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK