L'agence Moody's prive la Grande-Bretagne de son triple A

Dans un communiqué, l'agence met notamment en avant "la faiblesse continue des perspectives à moyen terme" de la Grande-Bretagne, et dit s'attendre à ce que l'activité économique atone du pays "s'étende à la deuxième moitié de la décennie".

L'économie britannique a fait un premier pas vers une nouvelle récession en accusant une contraction de 0,3% au quatrième trimestre 2012 alors qu'elle était sortie l'été dernier de sa deuxième récession depuis le début de la crise.

Moody's a également évoqué les "défis" auxquels le pays fait face en terme d'assainissement budgétaire alors que ses "capacités d'absorption" des chocs économiques se sont affaiblies.

Dans le même temps, l'agence a également indiqué avoir retiré son triple A à la dette émise par la Banque d'Angleterre, dont la note a elle aussi été abaissée d'un cran.

Moody's, qui a relevé la perspective du pays de négative à stable, insiste toutefois sur la solidité de l'économie britannique, "hautement compétitive" et "bien diversifiée". "La solvabilité de la Grande-Bretagne reste extrêmement élevée", a insisté l'agence.

11 pays sont encore notés triple A

Seuls onze pays dans le monde, dont huit en Europe et quatre dans la zone euro, détiennent encore la note optimale AAA auprès des trois grandes agences de notation. Parmi eux, sept se distinguent par une perspective "stable" aussi bien chez Moody's, Fitch que Standard and Poor's: Suède, Norvège, Danemark, Suisse, Australie, Canada et Singapour. Les quatre autres (Pays-Bas, Allemagne, Luxembourg et Finlande) voient leur note assortie d'une perspective "négative" par au moins une des trois agences.

Outre le Royaume-Uni, trois pays ont quitté ces deux dernières années ce club des Etats les mieux notés: la France (Aa1 chez Moody's depuis novembre 2012, AA+ chez SP depuis janvier 2012 et AAA chez Fitch), l'Autriche (AA+ chez SP depuis janvier 2012, AAA chez Fitch et Moody's) et les Etats-Unis (AA+ chez SP depuis l'été 2011, AAA chez Fitch et Moody's).
      
Sous la barre de BBB, les emprunteurs faibles

En dessous de BBB (ou de Baa3, les pays sont considérés comme des emprunteurs moins fiables, c'est-à-dire que la dette qu'ils émettent est jugée comme un investissement spéculatif par au moins une des agences de notation. C'est le cas en zone euro du Portugal et de Chypre, ainsi que de l'Irlande (par une des agences).

Enfin, la Grèce n'a cessé de voir sa note dégradée par les agences, et se situe à un niveau qui "équivaut à un défaut partiel" selon Fitch ("CCC") et Moody's ("C"). S&P a en revanche récemment relevé sa note de six crans à B- après la restructuration de la dette grecque.

Belga et AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK