Moins de voitures diesel, plus de voitures essence: les émissions de CO2 augmentent

Le diesel est en chute libre dans les ventes de voitures neuves en 2018. Sur trois voitures neuves, seul un automobiliste a opté pour le diesel. C'est deux fois moins qu'il y a 10 ans. Et ce recul profite à l'essence. C'est ce qui ressort des chiffres de la Febiac, la Fédération belge de l'automobile et du SPF Mobilité.

Pourquoi le diesel ne séduit-il plus?

La chute du diesel a commencé dès 2011, avec la fin des primes pour les véhicules qui émettent le moins de CO2. Mais ce n'est pas tout, le prix à la pompe a grimpé, et les scandales des moteurs diesel ont achevé de saper la réputation du carburant.

Résultat, le diesel passe de 46% des voitures neuves en 2017 à seulement 35% en 2018.

Et c'est directement les voitures essence qui en profitent. 

Résultat: les émissions de CO2 augmentent

Le dioxyde de carbone moyen des voitures neuves est de 119 grammes par kilomètre, c'était 116 en 2017. Ce chiffre qui augmente, c'est une première depuis 1995, développe L'Echo.

En réalité, les voitures essence consomment plus et émettent plus de CO2.

Le diesel en produit moins, mais il émet lui par contre plus de particules fines, des particules dangereuses pour la santé et l'environnement. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK