Mise en garde aux pilotes de Brussels Airlines, la compagnie est fragile

Mise en garde aux pilotes de Brussels Airlines, la compagnie est fragile
Mise en garde aux pilotes de Brussels Airlines, la compagnie est fragile - © Tous droits réservés

Dans un éditorial, ce mardi matin, La Libre Belgique adresse en quelque sorte une mise en garde aux pilotes de Brussels Airlines. "La compagnie est encore fragile", écrit Vincent Slits. Ce dernier s'en est expliqué sur nos antennes, avec Georges Lauwerijs sur La Première.

"C’est une grève qui laissera évidemment des traces pour plusieurs raisons", explique l'intéressé, "d’abord, parce que vous l’avez dit, le coût financier de cette grève sera important. On a parlé hier de plus d’une centaine de vols annulés. Et puis cette compagnie reste financièrement extrêmement fragile. On parle d’une perte de 20 millions d’euros en 2013. Donc c’est une compagnie qui reste vulnérable. L’impact sur l’image et sur aussi le capital confiance de la compagnie envers son actionnaire allemand Lufthansa. Il faut quand même rappeler que cette compagnie, née il y a plus de 10 ans sur les cendres de la Sabena, a des actionnaires encore publics, des actionnaires belges mais que les actionnaires n’ont pas vocation à rester dans le cockpit de Brussels Airlines et il ne faudrait évidemment pas que Lufthansa estime que la dégradation du climat social belgo-belge puisse inciter éventuellement à s’en aller parce qu’actuellement, il n’y a pas de plan B pour Brussels Airlines".

Quant à savoir s'il comprend l’attitude de la direction qui demande plus de flexibilité, notamment aux pilotes, il répond : "Je crois que c’est une réalité aujourd’hui dans le monde aérien. On peut le regretter mais c’est ainsi. C’est clair que c’est un secteur où la flexibilité gagne du terrain notamment sous la concurrence des compagnies low-cost et des compagnies plus traditionnelles on va dire, comme Brussels Airlines, n’échappent pas à cette évolution. Donc c’est clair que l’avenir de Brussels Airlines passera par une poursuite de son redressement ce qui incitera évidemment et amènera de nouveaux efforts au niveau du personnel".

Faut-il en conclure que l’ombre de la Sabena plane toujours sur Brussels Airlines ? "Je ne dis pas que c’est un risque en tout cas à court terme, il ne faut évidemment pas l’espérer mais il est clair que Brussels Airlines devra poursuivre activement son redressement et qu’elle ne pourra pas accumuler comme elle l’a fait ces dernières années, des pertes sous peine de mettre sa pérennité en danger".

 

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK