Microsoft prend sa revanche sur Apple en dépassant sa capitalisation boursière

Microsoft a dépassé la capitalisation boursière de la marque à la pomme et pris la couronne de l’entreprise la plus chère du monde pour quelques heures. 

Depuis mai 2010, Apple trônait seul comme numéro un des entreprises les plus chères du globe, en dépassant même les 1000 milliards de dollars de capitalisation boursière au début du mois d’août. Face à lui, Microsoft, qui, il y a quelques années encore, était considéré comme, selon le New York Times, "un paquebot maladroit et has been du secteur technologique".

Ce n'est pourtant plus le cas puisque la firme a donc bien dépassé Apple avec 854 milliards de dollars de valorisation contre les 850 milliards d’Apple.

Les deux colosses au coude à coude

Après un détour pour le moins hasardeux par le monde des smartphones, Microsoft s'est, depuis 2013, recentré sur un rôle bien éloigné des téléphones portables: être un fournisseur majeur de technologie pour entreprises.

Le groupe est clairement moins tourné qu’avant vers le grand public. D’ailleurs, les marques les plus visibles de Microsoft côté consommateurs, c'est-à-dire, Windows, la console de jeux Xbox et les appareils Surface, ne représentent ensemble que 36% des revenus du groupe aujourd’hui.

Il s'est réorienté vers ses activités de cloud, donc de stockage, de potentiel de calcul dématérialisé situé sur des serveurs à distance, mais surtout le cloud en tant que service aux entreprises, des activités qui n’étaient qu’un à côté et qui sont devenues la priorité et le cœur du métier de Microsoft.

La part de marché du groupe Microsoft dans le cloud a doublé depuis 2015. Microsoft est désormais le numéro 2 mondial en termes de parts de marché dans cette informatique dématérialisée, derrière Amazon, aujourd’hui le leader incontesté du marché. Cette stratégie a impliqué plusieurs rachats d’autres entreprises comme GitHub et LinkedIn, et des investissements en recherche et développement.

Ventes décevantes pour Apple

Une stratégie qui s’est au final avérée payante, entre autres, parce que le marché du cloud est en pleine explosion et que c’était un pari qui s’est révélé gagnant. Il permet à Microsoft de se targuer d’avoir une très forte croissance, mais aussi parce que les services aux entreprises génèrent des flux, des rentrées financières qui sont beaucoup plus stables que la vente de téléphones portables.

Ce qui pénalise Apple, c'est les ventes décevantes des iPhone, mais ce n'est pas pour autant qu’Apple se porte mal. Mais la firme repose tellement sur ses ventes de téléphones que ses prévisions de revenus en sont directement affectées.

Si on regarde les cours d’actions, l’augmentation du cours de l’action Apple est réelle ces dernières années, mais elle est en dents de scie, alors que la progression de l’action Microsoft est beaucoup plus constante, une action qui a presque triplé depuis 2014.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK