Mettez-moi une bonne dose de philo dans votre management

Axel Miller est un des intervenants du programme Management & Philosophies de la Solvay Brussels School. En matière de réflexion post-crise, il en connait un bout!
Axel Miller est un des intervenants du programme Management & Philosophies de la Solvay Brussels School. En matière de réflexion post-crise, il en connait un bout! - © JULIEN WARNAND - BELGA

La philosophie peut-elle aider le manager dans sa pratique quotidienne? Oui répond la Solvay Business School qui, depuis trois ans, propose un programme destiné aux cadres supérieurs. Ils peuvent ainsi se poser des questions aussi existentielles que nécessaires. Notamment en termes d'éthique.

La crise de 2008 a bousculé les certitudes les plus ancrées. Nombreux se sont alors posés des questions qui n'étaient pas à l'ordre du jour avant la débâcle. Des questions de sens, de responsabilité, de valeurs, des questions existentielles. C'est dans la foulée que la Solvay Business School a créé ce programme qui en sera cette année à sa quatrième édition. Il est organisé en collaboration avec l'asbl Philosophie et Management ainsi que les universités de Liège et de Louvain.

Neuf journées

En pratique ce programme propose neuf journées complètes de formation destinées aux cadres supérieurs du marchand et non marchand. A chaque fois deux intervenants: un manager de haut niveau et un philosophe. Avec des têtes d’affiche comme Axel Miller (ex-Dexia), Luc Lallemand (Infrabel), Philippe Busquin et pour les philosophes André Comte-Sponville ou Roger-Pol Droit.

Où s’arrête la liberté individuelle ?

Le manager présente son vécu et le philosophe met en perspective. Ensuite intervenants et participants échangent et débattent Philippe Biltiau est co-directeur académique de ce programme. Il explique ce que la philosophie peut amener : " Elle peut apporter une réponse à des questions de base telles que les interactions entre un individu libre et une organisation qui doit travailler pour un but nécessitant de coaliser des individus libres. Où s’arrête la liberté individuelle ? A quel moment devons-nous cesser de faire ce à quoi nous pensons personnellement pour accepter les instructions de l’entreprise ? Où est la limite ? Ce sont ces questions fondamentales que l’on aime approfondir parce qu’on en repart avec une vision différente de sa fonction dans l’entreprise ".

Questions d’éthique

On peut se poser cette question: le manager va-t-il travailler autrement après avoir suivi une telle formation? Ce n'est pas le but, ce n'est pas une boite à outil pour devenir un meilleur manager. C'est plutôt une respiration, une prise de distance, un espace-temps diffèrent et certainement nécessaire. Alors sans doute, chacun va réfléchir à sa pratique et peut-être l'infléchir. En même temps, c’est aussi une réflexion sur les valeurs et l'éthique. Philippe Biltiau: " Quand on réfléchit à ce qu’est le bonheur pour un individu, quand on découvre que ce n’est pas motiver par l’argent qu’il faut faire, quand on se demande qui doit réguler et qu’on vous enseigne que la bonne chose n’est certainement pas de laisser à l’entreprise le soin de se réguler elle-même, effectivement la notion d’éthique est présente à tout moment dans ce programme ".

Voilà quelques exemples de thèmes abordés. Qui fixe les règles du jeu? Quel est le sens du travail. Comment développer et exercer mon leadership avec sagesse? Comment gérer mes émotions et celles de mes collaborateurs? Il y a aussi des thématiques plus interculturelles avec des modules sur l'Inde, la Chine ou la philosophie musulmane. Des sujets essentiels qui devraient être au programme de toutes les formations en management.

Michel Visart

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK