Mestdagh: des avancées dans les négociations, les syndicats n'appellent plus à la grève

Les négociations entre direction et syndicats, sous l'égide d'un conciliateur social, ont abouti ce jeudi à une série de décisions qui devront néanmoins faire l'objet d'une validation par le personnel de Mestdagh. Concernant la demande de polyvalence souhaitée par la direction, les syndicats ont reçu une série de garanties notamment concernant le respect des horaires, des prestations du dimanche ainsi que des périodes de repos.

Aucun appel à la grève ne sera donc lancé par les syndicats en attendant la décision de la base.  

Selon la direction, cet accord porte sur l'ensemble des points mis en discussion dans le cadre de la restructuration annoncée le 7 mai dernier. La direction annonce une "nouvelle organisation du travail basée entre autres sur une polyvalence encadrée et organisée". Selon elle, la nouvelle organisation devrait assurer une continuité dans le service et absorber les pics d'activités "tout en limitant le recours à l'intérim". Une prime de polyvalence et un barème unique, plus favorable aux bas salaires, sont prévus en compensation. La nouvelle organisation prend compte également de la possibilité pour les magasins d'ouvrir le dimanche: les travailleurs qui œuvreront ce jour-là le feront sur base volontaire et "recevront un sursalaire", selon la direction.

L'accord confirme également quelques annonces précédentes, notamment celle de la direction d'investir quelque 21,2 millions d'euros dans la relance commerciale des magasins, avec des investissements pour repositionner Mesdagh dans l'esprit des nouvelles tendances et pour faire évoluer les rayons traiteur-boucherie, boulangerie et l'assortiment de produits frais.

La réduction du personnel est également confirmée: elle concerne 340 travailleurs. Une partie des départs se fera via un plan de prépension (RCC). Un plan de départs volontaires sera ouvert pour le reste.

Un accord avait déjà été conclu concernant la prépension à 56 ans. L'application de ce dernier avait cependant été conditionnée par la nécessité de trouver un accord sur tous les points.

Jean-François Noulet a interviewé Myriam Delmée (Setca) à la sortie de la réunion

Les négociations étaient encore en cours dans notre journal télévisé de la mi-journée:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK