Mestdagh: ce lundi se termine sur un échec de la conciliation entre direction et syndicats

Myriam Delmée, vice-présidente du Setca, a déclaré ce lundi sur le coup de 23 heures: "La conciliation Mestdagh est terminée pour aujourd’hui. Aucune avancée. Le bureau de conciliation est suspendu jusqu'à mercredi soir." Le mot d’ordre de grève est maintenu pour jeudi, vendredi et samedi. "On espère vivement que mercredi la direction viendra avec un mandat clair des administrateurs pour négocier correctement", a ajouté la représentante Setca.

Le 7 mai dernier, une restructuration a été annoncée au sein du groupe de distribution Mestdagh. Syndicats et direction ont depuis multiplié les rencontres dans le cadre de la procédure Renault, sans parvenir à un accord. Le plan de restructuration comporte deux volets, une augmentation des ventes d'une part et une réduction des coûts d'autre part par la réduction de l'effectif de 340 personnes.

La réunion entre syndicats et direction devant le conciliateur social de ce lundi devaient faire avancer les négociations. Mais ce qui coince, principalement, c'est l'ultra-polyvalence demandée par les patrons aux travailleurs. 

"Une conciliation cela peut être la meilleure comme la pire des solutions", avait annoncé le Setca

"On se doutait bien qu'on irait vers une conciliation. Même si nous avons fait un pas vers la direction vendredi dernier sur la polyvalence, rien n'avance. On verra ce que cela donnera ce lundi", avait souligné pour sa part Evelyne Zabus, permanente CNE, avant le début de la réunion de ce lundi.

"Soit la direction vient avec de nouvelles propositions et nous pourrons en discuter, soit elle vient à la réunion pour dire que nous devons accepter ce qui est mis sur la table et ce sera le clash", avait indiqué dimanche Myriam Delmée, vice-présidente du SETCa, en réaction à la décision de la direction de Mestdagh de faire appel à un conciliateur social. "Une conciliation cela peut être la meilleure comme la pire des solutions", avait-t-elle encore ajouté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK