Managers de l'année: mais au fait, qu'est-ce qu'un bon manager?

On l'a appris ce mercredi soir : les managers de l'année 2018 sont Jean-Jacques Cloquet, l'ex-CEO de l'aéroport de Charleroi côté francophone, et côté flamand, Johan Thijs, le patron de KBC. Une récompense remise par le magazine économique Trends-Tendances et la chaîne Canal Z, lors d’une cérémonie organisée à Brussels Expo, en présence du Premier ministre Charles Michel.

Mais comment définit-on ce qui fait un bon manager ? Il s'agit d'un homme ou une femme qui connaît bien son business, avec une vision stratégique, et une capacité à gérer le changement,  ainsi qu'une capacité à saisir les opportunités éventuelles. Pour Michel Verstraeten, professeur de comportement organisationnel et leadership à la Solvay Brussels School of Economics and Management, un bon manager doit aussi asseoir sa légitimité : "c’est un enjeu important parce que beaucoup de recherches montrent combien quand le chef, à tout niveau, est perçu comme illégitime, on voit dans le meilleur des cas que les gens n’adhèrent pas, ne se mobilisent pas et font le minimum, et dans le pire des cas qu’ils sabotent et qu’ils détruisent même l’action de celui qui veut l’entreprendre."

Un chef qui n’accepte jamais la critique sera perçu comme illégitime

Même si être un bon boss, ça s'apprend, la personnalité du manager et son bagage éducationnel peuvent faciliter ou compliquer le travail. Mais au bout du compte, il faut tout de même travailler sur soi. "Le chef qui n’accepte jamais la critique va plus facilement être perçu comme illégitime, explique Michel Verstraeten. Il y a aussi des éléments, toujours dans la vanne de la personnalité, comme la maîtrise de soi." Quelqu'un qui perd ses moyens sera fatalement mal jugé.

Difficile en revanche d'établir un lien entre bon management et bons résultats financiers, mais on peut mesurer la qualité du management avec d’autres critères. "On voit bien que dans l’engagement des collaborateurs, dans la créativité, dans le potentiel créatif des équipes, tout ça ce sont des résultats qui sont clairement démontrés, explique Michel Verstraeten. Et on peut même être sûr que ces choses favorisent clairement les résultats, en tout cas dans beaucoup de contextes."

Reste à savoir de quel point de vue on se place. Un manager qui va couper drastiquement dans les coûts (plan de restructuration, etc.) sera sans doute considéré comme un bon manager par certains actionnaires, mais évidemment pas par le personnel...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK