Made in Belgium: l'entreprise Belrobotics à Wavre

Made in Belgium: Belrobotics
Made in Belgium: Belrobotics - © RTBF

Qui n’a jamais rêvé de ne plus devoir tondre la pelouse ? Un rêve devenu réalité grâce à une société wallonne. Le robot-tondeuse, une invention belge. Succès complet pour la société Belrobotics. Pour son inventeur, c’est certain, les tondeuses traditionnelles vivent leurs dernières années.

André Colens est là. Souriant, fier. Et admiratif devant celui qui fait sa fierté. Le robot-tondeuse. Un moteur électrique. De fines lames. Une coque verte. Il est petit, discret. Travailleur acharné, le robot-tondeuse révolutionne la tonte du jardin. Une invention belge et une société qui se revendique " Made In Belgium ".

Pour eux c’est sûr, le marché de la tonte évolue. Chiffres à l’appui, ils en sont persuadés, dans un avenir proche, un jardin sur trois sera équipé de robots. Plus besoin de sortir tondre. Pas de déchets, pas de pollution, ni de bruits, le robot-tondeuse travaille seul, en permanence et par tout temps. Une révolution.

Un brevet en 1991

On ne dirait pas comme cela mais sous ses airs modernes, le robot-tondeuse a plus de vingt ans. 

C’est en 1991 qu’André Colens dépose un brevet. Il cherche, trouve, construit ses prototypes et commercialise son produit. Belrobotics est née. Nous sommes alors en 2002. Au départ, ils ne sont que deux employés.

Aujourd’hui, la société en compte 20. Un chiffres d’affaire de 5 millions d’euros, une croissance de 25% ces trois dernières années. Au total, 85% de sa production part pour l’exportation.

Les terrains de sport aussi

10 millions. C’est le nombre de tondeuses traditionnelles vendues chaque année dans le monde. Pourtant seulement 600 robots par an sortent des entrepôts. Direction les jardins de quelques particuliers mais pas seulement. Car la société a choisi un autre créneau. Plus porteur, plus important, plus rentable aussi. Les grandes surfaces vertes de quelques particuliers mais surtout l’entretien de terrains de football, de rugby ou encore des parcours de golf.

L’explication, ce sont les coûts. La Belgique ne peut pas se permettre une production à la chaîne avec du personnel qui coûte cher. Il faut donc se spécialiser pour vendre moins, mais plus cher. Car ce qui est rare est cher. Donc, rentable économiquement.

Le succès de Belrobotics, c’est le mélange d’un inventeur de génie, de partenaires financiers solides et d’un personnel dévoué. Une petite structure, certes, mais avec de grands projets. Car le robot-tondeuse n’est pas la seule invention.

La petite dernière, c’est la ramasseuse de balles de golf. Succès immédiat. D’ici la fin de l’année, la société va encore agrandir ses espaces. 400 mètres carrés supplémentaires seront construits. Car l’objectif est clair : continuer à grandir. La société exporte ses robots dans 15 pays européens. Mais dès 2014, elle a prévu de s’attaquer au très juteux marché américain. Avec un seul mot d’ordre. Rester " Made In Belgium ".

Quentin Warlop

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK