Made in Belgium: Il y a 150 ans naissait l'empire Solvay

L'entreprise belge Solvay fête ses 150 ans et une belle réussite internationale
L'entreprise belge Solvay fête ses 150 ans et une belle réussite internationale - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

L'entreprise Solvay célèbre ses 150 ans. Un groupe mondial né en Belgique grâce à l'idée lumineuse d'Ernest Solvay. Il a révolutionné la production de carbonate de soude, créé sa première usine en 1863. Aujourd'hui, Solvay est présent dans plus de 50 pays. Le siège du groupe et les activités de recherche et développement sont toujours en Belgique. Mais la production industrielle se fait très largement à l'étranger.

En 1861, Ernest Solvay a une idée de génie. Il trouve le moyen de produire industriellement du carbonate de soude, à partir de sel et d'ammoniac. Jusque là, la production du carbonate de soude est coûteuse et le procédé Solvay, breveté en 1863, s'avère être plus économique. Il va révolutionner le monde de l'industrie qui utilise énormément de carbonate de soude.  

Avec son frère Alfred, Ernest Solavy implante sa première usine à Couillet, près de Charleroi et très vite, il part à la conquête du monde. Il implante d'autres usines à l'étranger,en Europe, Aux Etats-Unis, en Russie,  là où on trouve le sel, la matière première du procédé Solvay.

"Assez tôt, Ernest Solvay a estimé que la survie du groupe et de son entreprise allait de paire avec une internalisation rapide" selon Kenneth Bertrams, historien à l'ULB. Pour preuve "tous les écrits qu'il a laissé pour permettre une expansion dans des pays avoisinants d’abord et puis dans des contrats qu'il va conclure avec l'étranger dans des pays industrialisés. Certains entrepreneurs venaient également le voir pour tenter de développer des projets" raconte l'historien.

Diversification et expansion de l'empire Solvay

L'empire Solvay se développe et se diversifie. En un siècle, le groupe devient l'un des plus grands acteurs industriels du monde. Il produit bien sûr toujours le carbonate de soude, la précieuse poudre blanche mais aussi des produits utilisés dans l'industrie du verre, les savonnerie, les papeteries, la métallurgie et le textile.  

Solvay, c'est aussi les matières plastiques, le PVC et le polypropylène. Les produits Solvay sont utilisés partout et le groupe est en croissance. Mais en Belgique, dans la deuxième moitié du 20ème siècle, la production industrielle ralentit, ce qui inquiète les syndicats de l'époque.

"Nous constatons que Solvay n'a aucune initiative alors qu'ils en ont les moyens, notamment dans la transformation des matières plastiques pour la région de la Sambre, la Région wallonne et je serais tenté de dire, la région belge", dénonçait Michel Nolet de la FGTB à cette époque.

Mais c'est surtout au niveau mondial que Solvay continue son industrialisation. En 2011, Solvay rachète pour trois milliards d'euros un autre grand de la chimie, le français Rhodia, ex Rhône-Poulenc.

Ce qui réjouit alors Christian Jourquin président du Comité exécutif de Solvay de 2006 à 2012. "Aujourd’hui, je crois que c'est vraiment un très grand jour pour Solvay. Nous doublons de surface et nous doublons pratiquement le résultat du groupe".

Un français aux commandes du groupe mais une coloration toujours très belge

Dans ce mariage avec Rhodia, les héritiers belges des frères Solvay restent les principaux actionnaires du nouveau groupe. En Belgique, il reste essentiellement le siège de Solvay et le centre de recherche mais désormais, c'est un français qui dirige l'entreprise au quotidien.

"Il y a encore une coloration belge, c'est très marqué et c'est une volonté affichée de l'entreprise mais en même temps il y a aujourd'hui une ouverture notamment une volonté managériale avec les Français, c'est très clair", explique Kenneth Bertrams de l'ULB.

Ces dernières années, Solvay a continué à se tourner vers l'avenir et les techniques de pointe, en innovant par exemple dans les composants pour batteries. 

Jean-François Noulet avec Grégoire Ryckmans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK