Lyft, le principal concurrent d'Uber, s'envole de 15% pour ses débuts à Wall Street

Des Californiens utilisent le service de bicyclettes électriques en libre-service JUMP, racheté par Uber l'an dernier.
5 images
Des Californiens utilisent le service de bicyclettes électriques en libre-service JUMP, racheté par Uber l'an dernier. - © Chris Delmas

La plateforme de réservation de véhicules de transports avec chauffeur Lyft, concurrent d'Uber, vrombissait lors de ses premiers pas sur les marchés financiers américains, lors d'une des introductions en Bourse les plus attendues de l'année.

Le premier échange du titre "LYFT", coté sur la plateforme d'échanges Nasdaq, s'est effectué à 87,24 dollars, soit une hausse de 21,2% par rapport à son prix d'introduction de 72 dollars arrêté la veille par l'entreprise, valorisant l'entreprise à 24,8 milliards de dollars. Mais vers 16H25 GMT, le rythme ralentissait et le titre s'échangeait à 82,70 dollars, (+14,8%).

Lyft, entreprise créée en 2012 à San Francisco, avait débuté sa tournée des investisseurs la semaine passée. L'entreprise a ainsi grillé la politesse à Uber, son principal concurrent aux Etats-Unis et leader mondial de la réservation de voitures avec chauffeur, qui doit s'introduire à Wall Street dans les prochaines semaines.

L'entreprise connue pour son logo rose bonbon ouvre ainsi le bal d'entrées en Bourse très attendues, celles de plusieurs "licornes" (surnom donné aux grosses start-up non cotées et valorisées au-delà d'un milliard de dollars). Plusieurs noms connus de la "tech" sont attendus cette année: outre Uber, Pinterest (partage de photos par centres d'intérêt), Slack (messagerie d'entreprise...), Airbnb...

Changement d'habitude des consommateurs

Uber sera le plus gros d'entre eux: certains analystes évoquent une valorisation qui pourrait dépasser allègrement les 100 milliards de dollars.

Le secteur des VTC (voitures de tourisme avec chauffeur) attire énormément les investisseurs, qui misent sur les changements d'habitude des consommateurs, de plus en plus enclins à abandonner la voiture personnelle au profit de modes de déplacement partagés.

De plus, Lyft et Uber comme d'autres grands noms de l'économie du partage ont su montrer qu'elles croissaient très rapidement. Cela reste le facteur-clé pour les investisseurs, en particulier dans la Silicon Valley.

Ces investisseurs parient aussi sur la voiture autonome, vue comme l'avenir de l'automobile et sur laquelle travaillent Lyft et Uber. Il est en effet fort probable que ce soit via les flottes de VTC que la conduite autonome commence à entrer dans le quotidien.

Lyft comme Uber deviennent aussi peu à peu des plateformes de transport, avec également des trottinettes ou des vélos électriques en libre service.

Pour autant, Lyft et Uber ont un autre point commun: ils perdent beaucoup d'argent et leur modèle économique n'est pas sans risque. En officialisant son projet d'entrée en Bourse plus tôt ce mois-ci, Lyft avait dévoilé des pertes de 911 millions de dollars en 2018 pour un chiffre d'affaires de 2,2 milliards de dollars.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK