Lyft, le principal concurrent d'Uber, l'a pris de vitesse pour entrer en bourse

La plateforme américaine de réservation de véhicule avec chauffeur Lyft, le concurrent d'Uber, vient d'annoncer son intention de rentrer en bourse. Lyft envisage de lancer son road-show à la mi-mars, la société a donc deux semaines pour convaincre et attirer les investisseurs avec en ligne de mire une première cotation à Wall Street début avril et une valorisation qui serait de l'ordre de 20 à 25 milliards de dollars. 

Un pari risqué : pour le moment, Lyft perd beaucoup d'argent. 911 millions de dollars perdus l'année passée sur un chiffre d'affaires qui est cependant en forte croissance, d'environ 2 milliards de dollars.

En quelques années, Lyft a réussi à grignoter des parts de marché de Uber pour arriver autour de 40% de parts du marché américain. C'est en tout cas le chiffre mentionné dans le document d'introduction en bourse rempli par Lyft. En jouant notamment sur cette différence que le patron de Lyft, Logan Green expliquait dans une interview vidéo au Wall Street Journal : "We care", "Nous nous soucions de vous". 

Dans une publicité destinée à recruter des employés accessibles sur YouTube, Lyft insiste lourdement sur ce côté "We care" : "Nous nous soucions de la planète, nous compensons nos émissions de carbone, nous nous soucions les uns des autres et nous adorons faire la fête. Nous nous soucions des chauffeurs et des clients en leur rapportant les meilleurs supports et les meilleurs produits possible". 

Ce n'est évidemment pas un hasard si Lyft insiste aussi lourdement sur ce côté "We care". "Nous nous soucions de nos employés, de nos clients, de la planète" : c'est aussi une manière de profiter de l'image dégradée d’Uber à la suite des accusations de harcèlement sexuel et de sexisme qui avaient finalement entraîné le départ en 2017 du fondateur de la société Travis Kalanick. 

Uber envisagerait aussi de se faire coter en bourse. L'entreprise s'y prépare, mais il lui faudra probablement encore quelques semaines pour être prête. Ses dirigeants vont donc certainement observer avec beaucoup d'attention comment ça se passe pour Lyft, sachant que la valorisation d’Uber pourrait aller jusqu'à 120 milliards de dollars, en dépit là aussi de pertes opérationnelles importantes : près de 2 milliards de pertes en 2018 pour Uber.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK