LuxLeaks: nouvelle fuite, 35 sociétés s'ajoutent à la liste

Contrairement au premier volet de l'affaire, aucune société belge n'est citée cette fois-ci.
Contrairement au premier volet de l'affaire, aucune société belge n'est citée cette fois-ci. - © Tim Meko/Shutterstock/www.icij.org

De nombreux médias, dont Le Soir, le Tijd et Mo* Magazine, publient un nouveau volet de révélations puisées dans des rulings fiscaux luxembourgeois. Ces nouvelles informations confirment l'ampleur des pratiques d'optimisation fiscales au Luxembourg : "d'une échelle jamais vue", elles concernent des montages fiscaux en place depuis 10 ans et concernant des géants comme Walt Disney, Bombardier et Skype.

Contrairement au premier volet de l'affaire, révélée début novembre par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), aucune société belge n'est concernée cette fois-ci, a indiqué Le Soir sur son site internet.

Les rulings dévoilés n'ont en outre pas été négociés par le seul cabinet PriceWaterhouseCoopers, comme ce fut le cas lors de la première fuite. Les nouveaux documents, parvenus à l'ICIJ dans le courant du mois de novembre, impliquent les quatre grands cabinets d'audit (PwC, mais aussi Deloitte, KPMG et EY), a précisé à l'agence Belga le journaliste du Soir Xavier Counasse.

Parmi les multinationales identifiées, Skype, Bombardier, Telecom Italia et Disney ont recouru à des montages particulièrement inventifs, a-t-il ajouté.

Ces nouvelles révélations braqueront à nouveau les projecteurs sur le Grand-Duché et sur son ancien Premier ministre, Jean-Claude Juncker, aujourd'hui président de la Commission. Ce dernier aurait sans doute préféré un autre cadeau pour son soixantième anniversaire, qu'il célébrait mardi.

Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK