Liège : faut-il dérouler le tapis rouge à Alibaba?

Le géant chinois du e-commerce va prendre ses quartiers à Liège. Sur un terrain propice : près de l’aéroport de Bierset et d’un nœud routier important. Alibaba va ainsi installer chez nous son premier hub logistique européen. Une véritable opportunité pour la Wallonie ? Si certains se réjouissent de cette implantation, d’autres s’inquiètent. Des milliers d’emplois vont-ils vraiment être créés ? Les promesses économiques vont-elles être tenues ?

Pour Olivier de Wasseige, administrateur délégué de l’Union wallonne des entreprises, cette installation est incontestablement une bonne nouvelle. "C’est une bonne nouvelle pour l’économie wallonne et pour l’économie liégeoise parce que son arrivée a été mûrement réfléchie, discutée et négociée. On a besoin en Wallonie d’entreprises qui soient structurantes, c’est-à-dire qui créeront de l’emploi indirectement, et c’est le cas ici" déclare-t-il au micro de Soir première. Olivier de Wasseige voit en cette implantation le potentiel de création d'emplois directes, indirectes et l'espoir de voir se développer un tissu économique favorable à l'arrivée d'autres entreprises.

Une arrivée plus destructrice que constructrice en termes d'emplois?

Certes, Alibaba peut générer une dynamique économique autour de l’aéroport … mais à quel prix ? demande François Schreuer, conseiller communal à la ville de Liège et porte-parole du collectif "Watching Alibaba". Pour lui, le géant du commerce électronique va avoir un "effet déflagrateur" sur tout un secteur économique de la production mais aussi du commerce. Un effet, qui risquerait en réalité de diminuer l’emploi dans des secteurs attenants au e-commerce en Belgique. "Disposons-nous, et dans ce cas peut-on la rendre publique, d’une étude qui chiffre précisément l’impact positif et négatif d’Alibaba en termes d’emploi ? Le ministre en charge parle de la création directe de 300 emplois dans un premier temps... Il y aura effectivement des emplois indirects mais quels seront-ils ? ". François Schreuer craint que ces emplois créés n’améliorent pas les conditions globales des travailleurs et que cela mène à un détricotement des droits sociaux. L’arrivée d’Alibaba serait-elle en réalité plus destructrice en termes économiques que constructrice sur le long terme ? "Nous pensons que pour quelques centaines d’emplois créés, ce seront des dizaines ou des centaines de milliers d’emplois détruits à l’échelle du continent" expose le porte-parole du collectif "Watching Alibaba".

Mais l'administrateur délégué de l'Union wallonne des entreprises, on peut avoir confiance : on peut même s’attendre à ce que les emplois annoncés soient créés, et même davantage. De plus, une grande partie des ces emplois seront peu qualifiés. "Ce n’est pas un ‘one shot’ on va construire quelque chose de structurant qui devrait être à termes générateur de beaucoup plus d’emplois en interne mais aussi en indirect", explique-t-il. "C’est évident que Liège a besoin d’un projet structurant ! Mais la question est : comment on l’évalue ?!" rétorque le conseiller communal à la vie de Liège. "Est-ce qu’on l’évalue en termes d’hectares ? en termes d’emplois créés ? de localisation de la valeur ajoutée ?" Pour François Schreuer, se rendre tributaire d’Alibaba et de ce genre de grands acteurs, ce n’est pas être dans une démarche d’un développement économique durable. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK