Libraires indépendants en péril ? L'inquiétude pèse sur le secteur

Libraire indépendant, une profession en déclin
Libraire indépendant, une profession en déclin - © Belga

Selon l'Union des éditeurs de la presse périodique, de 2010 à 2012, 325 librairies indépendantes ont mis la clé sous la porte. Les causes de ces fermetures sont multiples. Certains libraires tirent la sonnette d'alarme.

Acheter son journal chez le petit libraire du coin, une habitude pour beaucoup de Belges. Pourtant, les libraires indépendants comme Robert Degeter rencontrent des difficultés dans leur métier au quotidien: journées trop longues, hausse des coûts, concurrence d'internet, ... le nombre de faillites est d'ailleurs en augmentation. Robert Degeter tient une librairie dans le centre de Bruxelles ; il pointe du doigt les agences de messagerie de la presse qui s'occupent des livraisons: "Ce qu'on nous apporte en caisse pendant la nuit, les journaux, les magazines, ... c'est payant. Ce transport a été augmenté de 108% ... et tout le monde dit 'amen'. Mais si vous ne payez pas, ils ne vous livrent plus et vous n'avez plus de marchandises".
 
Autre institution mise en cause, la Loterie nationale. Robert Degeter estime qu'elle manque de respect aux libraires indépendants avec lesquels elle entretient des partenariats. Mais la société de jeu installe des machines Loto dans d'autres types de commerce. Une nouvelle concurrence selon le libraire qui, lui, assure un service personnalisé aux clients : "On doit un petit peu jouer au psychologue avec les clients. Discuter avec ceux qui jouent de trop, voir s'ils ont les moyens ou pas. Mais d'un autre côté, on vous exige de faire un chiffre en fin d'année... donc il y a un petit peu d'hypocrisie de leur part", regrette-t-il.
 
La Loterie nationale attentive à la situation
 
"C'est vrai qu'il y a de moins en moins de librairies, que le secteur est en difficultés", admet Pierre-Laurent Fassin, porte-parole de la Loterie Nationale. "C'est un secteur qui est notre premier partenaire. Le chiffre d'affaires de la Loterie nationale, c'est 85 % grâce aux libraires". La société de jeu de hasard se dit donc très attentive aux libraires et aux points de vente traditionnels. "Donc on essaie évidemment de leur donner de nouveaux produits, d'essayer d'amener beaucoup de nouveautés pour qu'il y ait un maximum de trafic dans les points de vente et notamment dans les librairies".
 
Les causes du déclin de la profession de libraire indépendant sont multiples. Voilà en tout cas un métier qui risque de connaître d'importantes mutations à l'avenir.
 
RTBF
 
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK