Liban : financement d'urgence pour l'électricité afin d'éviter le "noir total"

Le Parlement libanais a approuvé lundi l'octroi d'une avance budgétaire de 200 millions de dollars à Electricité du Liban (EDL), après une mise en garde ministérielle contre le risque que le pays soit plongé dans le "noir total".

"Le parlement a approuvé lors d'une session générale, une avance de 200 millions de dollars" (170 millions d'euros), a rapporté l'agence nationale d'information ANI.

Noir total "inéluctable"

Le ministre démissionnaire de l'Energie Raymond Ghajar avait prévenu il y a trois semaines que le "noir total" était inéluctable fin mars si ce financement n'était pas assuré.

La décision du Parlement intervient au lendemain de l'arrêt de la centrale électrique de Zahrani (sud du Liban), l'une des principales du pays, faute d'avoir été approvisionnée en gazole, selon des médias locaux.

L'établissement public EDL, chargé de la production et de la distribution d'électricité, a affirmé dans un communiqué qu'un cargo était arrivé au Liban mais sans pouvoir être déchargé dans l'immédiat en raison de complications logistiques.

Bloqué à cause du Canal de Suez

Un autre cargo devait arriver du Koweït mais il est bloqué dans le canal de Suez, obstrué depuis près d'une semaine par le porte-conteneurs Ever Given, a ajouté EDL.

Les coupures d'électricité sont courantes au Liban depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), obligeant les Libanais à recourir à des générateurs privés pendant trois à douze heures par jour pendant les pannes.


A lire aussi : Heurts entre manifestants et police devant le ministère de l'Energie au Liban


Le cas d'EDL, qui assure seulement 63% des besoins, selon une étude de l'université américaine de Beyrouth publiée en décembre, illustre la défaillance des services publics au Liban.

La situation s'est détériorée davantage au moment où le pays fait face à sa pire crise économique depuis des décennies et manque de devises fortes pour soutenir les échanges commerciaux.

La compagnie d'électricité fonctionnait jusqu'à présent sur les restes d'un prêt alloué dans le cadre du budget 2020. Le budget pour 2021 n'a toujours pas été adopté.

Le Liban importe du carburant au compte-gouttes depuis le début de l'année, après le non-renouvellement d'un contrat avec une filiale de la société publique algérienne Sonatrach, à la suite d'une affaire de carburant défectueux.

Depuis la démission du gouvernement après une énorme explosion au port de Beyrouth en août, la classe politique profondément divisée n'a pas réussi à s'entendre sur la formation d'un nouveau cabinet.

La communauté internationale réclame depuis longtemps une refonte complète du secteur de l'électricité, qui a coûté au gouvernement plus de 40 milliards de dollars (33,4 milliards d'euros) depuis la fin de la guerre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK