Les ventes de crèmes glacées se sont envolées en 2020 en Belgique

En petit pot, au litre ou sous forme de bâtonnets, aucune forme de glace n’a échappé à notre besoin de réconfort : leurs ventes se sont envolées en 2020 en Belgique, explique Clarisse Potier, Brand Manager Crèmes glacées chez Unilever : "Si on regarde les ventes en magasin pour une consommation des glaces à la maison, là, on a eu une croissance de 15% en 2020 versus 2019".

Une croissance de 15%, alors qu’Unilever annonce une part de marché globale en Belgique de 40% pour les ventes de glaces en magasin, dans les grandes surfaces, par exemple. Et donc, évidemment, cette firme connaît très bien la manière dont nous nous comportons comme consommateur. Vous allez d’ailleurs peut-être vous reconnaître dans la description qui suit : "Si on regarde dans différents segments qui tirent cette croissance vers le haut, on voit quelques tendances très claires là aussi. Le segment des glaces en pot type 'Ben & Jerry’s', est un segment qui connaît une croissance de +27%. Et l’explication est très simple : ce type de glaces est consommé très fréquemment devant la télévision ou en regardant une série. Et évidemment, au vu de la crise que nous traversons, c’est un moment que nous avons le temps de répéter de nombreuses fois à la maison. Les Belges ont vraiment envie d’avoir des petits moments de détente, de pouvoir se faire plaisir. Un autre segment qui est très clairement en croissance, c’est celui des glaces individuelles type Magnum, glaces sur un bâton et tout ce qui est 'snacking'".

Idéal entre deux réunions Zoom ou Teams : vous prenez votre petit bâtonnet. Ou même pendant ! Mais alors il faut couper la caméra, de préférence, et le micro, peut-être aussi. L’accélération des ventes en magasin a tout de même permis à l’industriel de compenser en grande partie, les volumes qui n’ont pas été vendus dans l’horeca, les parcs d’attractions ou encore les cinémas.

Glaces artisanales

En lançant son activité d’artisan glacier en mai 2019 – un an avant la crise sanitaire - Isabelle de Kerchove visait le monde des entreprises, l’événementiel, les grands salons style Batibouw. "Et puis, tout d’un coup, tout s’écroule, la Covid arrive. Et à ce moment-là, le business plan du départ bascule", témoigne-t-elle. Fini la clientèle professionnelle, le B2B, comme on dit dans le jargon. Isabelle de Kerchove se tourne alors vers le consommateur privé au départ de sa petite boutique Poppins Time, à Watermael-Boitsfort. Virage à 180 degrés qui impose à l’artisan glacier de revoir toute sa stratégie et aussi sa gamme de produits : "L’offre produits avec évidemment une vente au comptoir de glaces, au cornet, mais également des bûches de Noël, des gâteaux glacés pour les anniversaires et autres événements au sein de la famille toujours, puisqu’on a toujours un nombre limité de personnes. Également, des bâtonnets glacés et des litres et demi-litres, puisque je vends ma glace sous litres et demi-litres. Et là, les particuliers, je dirais, m’ont appris à prendre plus régulièrement de la glace, le soir, à 4 heures, à midi comme dessert chez eux".

Ce changement de stratégie a permis à l’artisan glacier de traverser la crise sanitaire sans trop de dégâts. Une fois que cette crise sera vraiment derrière nous, elle compte bien maintenir le lien tissé avec sa clientèle de particuliers, mais aussi retrouver le chemin des événements d’entreprises pour leur proposer, comme au début, ses produits et notamment des bâtonnets de glace. La particularité étant que ces bâtonnets de glace portent le logo de l’entreprise. Apparemment, on en est très friand dans ce monde de l’entreprise et de l’événementiel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK