Les vacances approchent: sale temps pour les appareils photo?

Le smartphone, tueur des appareils photo traditionnels.
4 images
Le smartphone, tueur des appareils photo traditionnels. - © SEBASTIEN BERDA - AFP

En principe, c’est le moment idéal pour parler des appareils photo. Mais face à des ventes en chute libre, quel est leur avenir à l’heure du smartphone ? Les chiffres sont effrayants. Selon le bureau d’études GFK, la plupart des ventes de produits informatiques ou technologiques sont en hausse de 1,7% en moyenne par an. Mais il y a une exception : la photographie. Sur 12 mois, les ventes d’appareils photo ont chuté, en Europe de 10,3%. Et le pire est à venir.

Rien que chez Canon, les ventes d’appareils photo ont fondu de 23% en un an. (de 127,2 milliards de yens au premier trimestre 2018 à 97,9 milliards de yens sur la même période en 2019). Et les profits de son département image sont en baisse de plus de 80% (25,7 milliards de yens à 4,7 milliards de yens sur la même période).

Et ce n’est pas fini, Pour Fujio Mitarai, CEO de Canon, le marché devrait encore souffrir pendant deux ans. Selon lui, ce marché des appareils photo numériques va s’effondrer d’au moins 50% d’ici 2020Seuls les segments dédiés aux professionnels et à ceux qu’on nomme les " amateurs avancés " devraient résister à la décrue.

La faute au smartphone

Le coupable ne se cache même pas : c’est le smartphone. D’abord parce que l’appareil photo embarqué dispose de plus en plus souvent d’un objectif de marque, d’un capteur de 32 mégapixels et d’un zoom puissant (jusqu’à 8X…). Et surtout, depuis deux ans, la photo mobile peut profiter de la fameuse intelligence artificielle (initiée chez Huawei) pour améliorer la prise de vue. Les smartphones ont appris à créer des effets de flou (la profondeur de champ) grâce à une grande puissance de calcul. Evidemment, cela ne se trouve pas sur les mobiles d’entrée de gamme…

Les types d’appareils photo les plus en danger

Clairement c’est l’appareil compact qui souffre le plus de la concurrence du smartphone. Au point de devenir un marché de niche. Pour beaucoup de vacanciers, le petit compact n’apporte plus de réelle plus-value par rapport au téléphone mobile. Pourtant il a encore quelques atouts par rapport au téléphone de plus en plus mince : le premier de ces atouts est sa fonction de super zoom. Si vous partez pour un safari-photo sans vouloir vous encombrer, c’est un appareil idéal. Un compact peut aussi être équipé d’un capteur plus grand. Ce qui signifie plus de lumière et donc de meilleures photos en situation de pénombre. L’appareil compact rencontrerait aussi pas mal de succès chez les blogueurs.

Mais pour obtenir ces fonctions supérieures par rapport à un smartphone, on ne pourra pas se contenter d’un compact à 100 euros. Cela pourra même monter à 400 euros.

L’appareil Reflex au cœur de la tourmente

Le prince des appareils photo, le reflex est lui aussi en crise, mais pour d’autres raisons. Ses ventes stagnent depuis une dizaine d’années. Les vrais amateurs et les professionnels continuent à l’acheter, pour sa puissance, sa luminosité, sa précision, et la qualité de son capteur. Mais pour beaucoup d’entre nous, l’appareil reflex est vraiment devenu trop encombrant, trop lourd, et trop complexe à utiliser.

Et ce désengouement n’est même pas uniquement une question de prix, puisqu’il existe des réflex d’entrée de gamme dès 300 euros. Evidemment, ça peut monter beaucoup plus haut.

L’appareil hybride fait de la résistance

L’appareil hybride est le seul segment de la photographie en développement. Il est apparu depuis près de 10 ans. Toutes les marques s’y sont mises plus ou moins vite : Sony D’abord, Nikon ensuite et enfin Canon. C’est une sorte de réflex en plus petit. On peut en changer les objectifs, le poids et l’encombrement sont réduits et pour les voyages, c’est quand même moins encombrant. Avec des concessions évidemment. Le capteur est souvent plus petit (mais pas toujours) que ce qu’on nomme le Full Frame. Il capte donc un peu moins de lumière que le Reflex. Et sa réactivité est moins grande.

En réalité, trois critères déterminent la qualité des clichés : le capteur (qui s’exprime en mégapixels), l’optique (l’objectif) et le traitement numérique (l’intelligence informatique).

Pour résister, les appareils photo doivent donc parier sur leur force : le capteur et l’optique. C’est pourquoi les hybrides s’équipent de plus en plus du capteur plein écran de 24 X 36 contre lequel un smartphone ne peut pas rivaliser.

Yosuke Yamane, le président de la division photo de Panasonic a déclaré que, lentement, les évolutions technologiques ont permis aux hybrides de rattraper les reflex. C’est possible, mais cela a un coût : même pour un hybride, on est très vite au-dessus des 400 euros… Et ensuite, ça monte très vite. De quoi peser sur le budget vacances.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK