Les taux hypothécaires repartent à la hausse

Illustration
Illustration - © RTBF

Certaines banques augmentent les taux d'intérêts pour les crédits au logement ou envisagent une hausse avant la fin de la semaine. Si la hausse est encore légère, la période des taux hypothécaires presque soldés est terminée.

Avis aux candidats-acheteurs : les taux hypothécaires repartent à la hausse. La plupart des banques semblent avoir attendu la fin du salon Batibouw, le week-end dernier, pour passer de la théorie à la pratique. Emprunter pour acheter un bien immobilier coûte de plus en plus cher.

Deux banques viennent d'annoncer une augmentation des taux d'intérêt pour les prêts hypothécaires. Chez ING, de 0,05% à 0.2% et chez Axa, de 0,1 à 0,2%, à partir de ce vendredi. KBC et Dexia prévoient aussi d'augmenter les taux annuels. Chez BNP Paribas Fortis, on suit la situation de près.

Cela confirme une tendance que les courtiers constatent. Depuis novembre dernier, les taux d'intérêt des prêts hypothécaires ont augmenté en moyenne de 0,5%. Mais ces taux restent cependant historiquement bas, comme l’explique Pascal Lasserre, président de l’Association des courtiers de crédit : "Pour un emprunt de 20 ans avec un taux fixe, couramment utilisé comme référence, il faut considérer qu’on va être actuellement entre 4,2% et 4,5% d’intérêts. Je rappelle que nous avons connu des périodes à 14% et 15%. Mais la tendance est incontestablement à la hausse".

Moins cher en France

Les taux sont toutefois actuellement encore plus bas chez nos voisins allemands ou français. Par exemple, pour 100 000 euros empruntés sur 20 ans à taux fixe, deux grandes banques belges proposent des mensualités de 680 et 647 euros. En France, on peut trouver un peu moins : 645 ou 639 euros par mois. C'est théoriquement possible d'emprunter en France pour acheter un immeuble en Belgique. Mais cela reste très difficile et rare. Les banques étrangères sont freinées car elles doivent appliquer la loi belge. Les banques françaises privilégient plutôt les clients hauts de gamme, qui peuvent, par exemple apporter en garantie une seconde résidence en France. C'est plus facile à saisir qu'un bien immobilier acheté en Belgique.

Tout le secteur immobilier est attentif. Tout dépendra essentiellement de l'inflation et de ce que décidera la banque centrale européenne. Pour maîtriser l'inflation, le principal outil dont elle dispose, c'est l'augmentation des taux d'intérêts. Les taux hypothécaires suivent généralement avec quelque retard l'évolution des taux à long terme.

A. L. avec J.-F. Noulet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK