Les producteurs de fruits risquent de pâtir des sanctions contre Moscou

Les producteurs de fruits risque de pâtir des sanctions contre Moscou
Les producteurs de fruits risque de pâtir des sanctions contre Moscou - © Tous droits réservés

Le nouveau train de sanctions de l'UE contre la Russie risque d'avoir des retombées en Belgique. Les conséquences pourraient être dramatiques pour un secteur en particulier: celui des fruits. Qu'il s'agisse de pommes, de poires et autres fraises, un quart de la production belge est aujourd'hui exporté vers la Russie, qui est de fait le principal acheteur de fruits belges. Ces fruits ne trouveraient donc plus de débouchés, et les prix pourraient chuter alors même que la récolte s'annonce belle.

Georges Leclerq, un producteur de poires à Dalhem, explique qu'il exporte 60 à 80% de ses fruits dont 50 à 60% en Russie. "Si nous ne pouvons pas garder un marché porteur en Russie", dit-il, "il sera vraisemblablement occupé par d'autres demain et plus difficile à regagner".

"Le marché du fruit est un marché mondial", explique-t-il en ajoutant que "si ces fruits ne partent pas pour la Russie, ils devront aller ailleurs".

"Or", continue Georges Leclerq, "il n'y a pas d'industries de compote ou de jus pour les poires comme il en existe pour les pommes en Belgique, et les surfaces plantées en Belgique aujourd'hui sont telles qu'il est impossible d'y vendre l'entièreté de la production".

François Braibant

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK