Les pharmaciens inquiets par la baisse du prix de certains médicaments

Le prix de certains médicaments en baisse ce 1er avril : les pharmaciens inquiets
Le prix de certains médicaments en baisse ce 1er avril : les pharmaciens inquiets - © Belga

Les pharmaciens vont se réveiller un peu patraque ce lundi. C'est en effet le 1er avril que traditionnellement les prix des médicaments changent. Cette année encore, ils vont diminuer. Diminution qui va avoir une influence négative sur la santé économique du secteur car elle s'ajoute à d'autres problèmes que rencontrent les pharmacies depuis quelques années. Licenciements et fermetures ont déjà commencé et la tendance risque de ne pas s'inverser en 2013.

Cela n'a rien d'une blague mais le 1er avril, les prix de certains médicaments vont baisser. C'est tout bénéfice pour les patients mais plutôt une opération douloureuse pour les pharmaciens. Charles Ronlez, secrétaire général de l'association belge des pharmaciens explique que "la diminution des prix des produits remboursés par la mutuelle ont un impact direct sur la valeur du stock des pharmacies et la valeur des produits qui s'y trouvent". Le deuxième impact, "c'est qu'on assiste alors à une espèce de spirale négative sur les prix qui sont soumis à une forte pression depuis quelques années", précise-t-il encore. 

La diminution sera de 1,95% pour les produits existants depuis au moins douze ans et qui sont remboursables. Une pression de plus pour des pharmaciens déjà ébranlés par la généralisation des médicaments génétiques. Selon une étude, l'ensemble des mesures avaient fait en sorte que, en 2012, un pharmacien sur sept avait déjà dû licencier du personnel, explique Charles Ronlez. "Et que trois sur sept avaient dû réduire le nombre d'heures de travail d'une partie ou de tout de l'entièreté du personnel". 

Ce qui s'est traduit par plusieurs centaines de pertes d'emplois dans un secteur qui compte 15 000 salariés. Et ce lundi matin, la pilule sera bien amère pour les pharmaciens.

Thierry Vangulick

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK