Les compagnies aériennes low-cost et traditionnelles en front commun

Une photo rare! De gauche à droite: Willie Walsh British Airways/Iberia, Alexandre de Juniac Air France/KLM, Carolyn McCall easyJet, Carsten Spohr Lufthansa Group et Michael o'Leary Ryanair. Les 5 PDG qui dominent le ciel européen demandent "leur" révolution.
Une photo rare! De gauche à droite: Willie Walsh British Airways/Iberia, Alexandre de Juniac Air France/KLM, Carolyn McCall easyJet, Carsten Spohr Lufthansa Group et Michael o'Leary Ryanair. Les 5 PDG qui dominent le ciel européen demandent "leur" révolution. - © Tous droits réservés

Une grande première mercredi matin à deux pas de l'aéroport de Bruxelles-National. Les patrons de cinq plus grandes compagnies aériennes réunis pour une opération de lobbying XXL demandent rien moins qu'une "révolution" du ciel européen. Ils pointent la régulation, les aéroports trop chers et les grèves des contrôleurs aériens.

Pour la première fois à la même table face à la presse: Alexandre de Juniac Air France/KLM, Carolyn McCall easyJet, Willie Walsh British Airways/Iberia, Carsten Spohr Lufthansa Group et Michael o'Leary Ryanair, soit les plus grands acteurs du ciel européen. A la manœuvre pendant la conférence de presse, Carolyn McCall, visiblement la meneuse de revue entre ces PDG qui sont d'abord et avant tout les principaux concurrents les uns des autres. Refusant toute question sur les sujets qui fâchent, ils partent à l'offensive alors que la commissaire européenne aux Transport, Violeta Bulc travaille actuellement sur une nouvelle "Aviation Strategy for Europe".

Pas question que cette stratégie démarre sans eux et comme l'AEA, l'association des compagnies des compagnies aériennes européenne est en crise, ils ont créé ce petit groupe des grosses têtes du secteur. Avec rien moins comme intention que de révolutionner le transport aérien européen. Leur constat est le suivant: "Il y a 18 ans, la libéralisation de l'aviation en Europe a créé un marché complètement libéralisé avec une régulation commune qui a accru la concurrence. En conséquence, les consommateurs ont bénéficié de tarifs nettement plus bas ainsi que de plus de routes aérienne en Europe comme dans le reste du monde. Dans le même temps, les compagnies européennes ont  maintenu des standards de sécurité très élevés. La palette et la qualité des services se sont améliorés et les coûts des compagnies ont été réduits de 1 à 2 % chaque année. Nous estimons que cette réduction doit aujourd'hui être complétée par la diminution des prix auxquels les compagnies sont elles-mêmes confrontées".

Les grands noms du ciel aérien visent les aéroports ce qu'ils leur coûtent, taxes incluses. Ils défendent la libéralisation totale de la chaîne de valeur de l'aérien et la mise en place d'une régulation de nature à accentuer la compétition en Europe.

Michael o'Leary inclus, ils tiennent aussi à insister sur leur opposition de principe à toute aide d'Etat pour les aéroports comme pour les compagnies. D'accord également pour réduire l'impact de l'aviation pour l'environnement mais stop aux taxes abusives. Enfin, il est indispensable de trouver un système pour que les grèves des contrôleurs aériens ne paralysent pas le ciel. Sur douze mois, neuf grèves de ce type ont débouché sur l'annulation de 3.000 vols.

Un vrai programme commun pour les low-cost et les compagnies classiques!

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK