Les patrons flamands veulent-ils sauver la Belgique ?

Les patrons flamands veulent-ils sauver la Belgique ?
Les patrons flamands veulent-ils sauver la Belgique ? - © BELGA PHOTO KURT DESPLENTER

Fini le capitalisme flamingant qui méprisait la Belgique. Aujourd’hui, les patrons flamands investissent dans la marque Belgique. Leur porte-drapeau ? Marc Coucke qui investit massivement à Durbuy, il investit aussi à Pairi Daiza et à Anderlecht. C’est loin d’être un cas isolé. Aujourd’hui, la Belgique est devenue un argument marketing. Conséquence, les investissements flamands dans le sud du pays sont en progression. A tel point que certains dans le sud du pays ont l’impression que la Flandre fait petit à petit main basse sur l’économie wallonne.

Cette évolution de la Flandre économique est aussi une évolution sociologique et politique. La stratégie de la N-VA n’est plus de demander la scission mais d’influencer au maximum la politique fédérale pour flamandiser durablement la Belgique. Et la N-VA est aujourd’hui largement premier parti de Flandre.

La Wallonie et Bruxelles ont-elles tout à gagner de cette évolution ? Le capitalisme francophone peut-il réagir ? Les francophones vont-ils accepter de subir une Belgique flamande d’un point de vue économique et politique ? Les flamands veulent-ils sauver la Belgique ou la dominer ? Pensent-ils sauver la Belgique en la dominant ?

Le sujet sera au cœur de "Débats Première", en collaboration avec Le Vif, en direct ce jeudi 15 mars dès 12h30 sur La Première.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK