Le "record" 2019 de ventes de voitures neuves... uniquement dû aux voitures de société

Les particuliers belges ont achetés (beaucoup) moins de voitures en 2019
Les particuliers belges ont achetés (beaucoup) moins de voitures en 2019 - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

"Le Belge" achète-t-il réellement toujours plus de voitures ? Les chiffres sont désormais connus : En 2019, 550.000 véhicules neufs ont été immatriculés en Belgique. Ce record de la "meilleure année depuis 2011" signifie-t-il que les voitures sont toujours plus présentes en Belgique ? Oui, mais la tendance ralentit. Et ce sont les voitures de société qui poussent les nouvelles immatriculations à la hausse. Les particuliers, eux, ont acheté beaucoup moins de voitures qu’en 2018. Et la voiture continue de reculer à Bruxelles.

La voiture continue de gagner du terrain en Belgique

Premier constat : la pénétration croissante de la voiture en Belgique est impressionnante. Ces dix dernières années, le parc des automobiles a augmenté de 1,3% par an. Par rapport à une croissance démographique d’environ 0,50% par an, oui, la voiture gagne encore et toujours du terrain chez nous. Entre 2009 et 2019, le nombre de voitures privées a en fait augmenté plus de deux fois plus vite que la population belge.

Croissance faiblarde

Mais cette tendance-là – la croissance du nombre de voitures - ralentit au niveau belge. Par rapport à 2018, le parc des véhicules de particuliers a crû de 0,6% (ce qui reste toutefois supérieur à l’évolution démographique). Ce n’est donc pas la voiture qui perd du terrain en Belgique… Mais la vitesse à laquelle le belge en achète toujours plus qui ralentit. Nuance. Et le record d’immatriculation de véhicules neufs (550.000) en 2019, ne parvient pas à cacher une croissance faiblarde de 0,07% par rapport à 2018.

La voiture de société tire le neuf à la hausse

Sur ce demi-million de voitures immatriculées l’an passé, Plus de 315.000 sont de voitures de société (indépendants et entreprises, en leasing ou non), soit 57% du total. Contre 42% pour les particuliers (dont les achats sont donc en baisse 8%). La tendance en matière de voitures neuves est donc simple depuis l’an dernier: une stagnation générale, un envol de la voiture de société et un sérieux tassement chez les particuliers.

De 2018 à 2019, les achats de voitures neuves par des particuliers ont baissé de 8%.

Et surtout, les voitures de société nouvellement immatriculées sont 55% plus nombreuses qu’il y a dix ans. Mais qu’en est-il de leur proportion dans le parc automobile belge ?

La répartition du parc de voitures

La voiture de société représente une voiture sur cinq en Belgique (21% du parc), et cette proportion est en fait restée remarquablement stable en dix ans. Cela est en partie explicable par le renouvellement des voitures de société, plus rapide que chez les particuliers. Mais à nouveau, derrière cette stabilité se cache un mouvement, la prépondérance croissante de la voiture de société en Flandre.

En 2009, 60% des voitures de société belges étaient situées en Flandre : c’est 67% aujourd’hui.

En 2009, 60% des voitures de société belges étaient situées en Flandre : c’est 67% aujourd’hui. Il y a dix ans, la voiture de société pesait pour 20,5% du total des voitures flamandes, et elle en pèse aujourd’hui 23,5%.

Certes, la plupart des sociétés de leasing sont situées au nord du pays, ce qui donne une vision statistique tronquée de la réalité. Il n’empêche, le constat n’en demeure pas moins que la voiture de société gagne du terrain… Et qu’elle en gagne surtout en Flandre.

Voiture de société et dynamisme économique

L'essor de la voiture de société s'explique-t-il par le dynamise économique? Autrement dit, est-ce que l'augmentation du nombre d'indépendants et d'entreprises peut expliquer ce succès, au détriment des achats par des particuliers. La question a été posée sur Twitter, suite à la publication initiale de l'article:

Nous avons donc vérifié les statistiques. A première vue, une certaine corrélation semble se dégager entre création d'entreprises et prépondérance de la voiture de société. Mais s'il est vrai que le nombre d'entreprises ne cesse d'augmenter en Belgique depuis dix ans, cette augmentation ne suffit pas à expliquer la success story "voitures de société", et certainement pas à elle seule.

Sur les dix dernières années, la croissance du nombre de voitures de société est (beaucoup) plus rapide que la croissance du nombre d’entreprises.

L'augmentation des voitures de société dans le parc automobile est beaucoup plus rapide, dans toutes les régions du pays, que l'évolution du nombre d'entreprises. En Flandre, le parc de voitures de société a augmenté de 50% en dix ans, et le nombre d'assujettis actifs à la TVA de "seulement"...28%. En Wallonie, le différentiel est moins important, mais tout de même de 10% entre les deux tendances.

Moins de voitures à Bruxelles

Enfin, une différence régionale à souligner : il y a de moins en moins de voitures à Bruxelles. La Région Bruxelles-Capitale Bruxelles comptait il y a quelques années déjà moins de voiture par habitants que les deux autres régions - ce qui peut sembler tout à fait logique pour une grande ville. Mais surtout, la voiture (tous types de propriétaires confondus) perd bel et bien du terrain depuis 2015 à Bruxelles. L’érosion est lente : 0,17% de moins en 2018 et 0,6% de moins en 2019. Cela peut paraître marginal, mais c’est en Région bruxelloise que la population croît le plus - et la création d'entreprise y est également plus soutenue qu'ailleurs sur les dix dernières années.

Et dans les autres villes ?

Est-ce qu’un phénomène comparable est à l’œuvre dans d’autres agglomérations belges (Liège, Anvers, Charleroi) ? Peut-être, mais c’est impossible à affirmer sur base des statistiques officielles : les chiffres disponibles sont agglomérés par Province ou par Région. Et aussi bien en Flandre qu’en Wallonie, la voiture continue de progresser.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK