Les microcrédits pourraient être 50 fois plus nombreux en Belgique

C’est le nouveau patron de microStart qui l’affirme. Pour Emmanuel Legras, le marché du microfinancement professionnel belge pourrait accompagner 50.000 entreprises par an. En Belgique, tous acteurs confondus, les 1000 dossiers ne sont aujourd’hui pas atteints.

Le microcrédit, c’est le financement de petits projets d’entreprises que les banques ne financent pas. Pour permettre l’accès à des services financiers à des personnes exclues du système bancaire. Il y en a plusieurs types : social, personnel…« Nous pratiquons le microcrédit professionnel qui vise à favoriser la création ou le développement d’entreprises ».

Il faut que les pouvoirs publics s’investissent dans la création d’entreprises, en ce compris auprès des acteurs de la microfinance.

Moins de 1000 dossiers par an

Ce microcrédit est présent dans tous les pays, développés ou en voie de développement. Et en Belgique ? « Le besoin estimé, le marché potentiel du microcrédit, c’est entre 30.000 et 50.000 crédits par an. Aujourd’hui, si l’on prend tous les acteurs du microcrédit confondus, Credal, Hefboom… On plafonne à peine à mille entreprises soutenues chaque année ».

Mais comment on fait ?

« Il y a d’abord des leviers internes », souligne Emmanuel Legras. « Nous devons étendre notre réseau, proposer de nouveaux services, mieux communiquer sur le digital et renforcer notre présence sur le terrain. Mais au-delà de ça, l’enjeu est celui de décisions politiques. Il faut que les pouvoirs publics s’investissent dans la création d’entreprises, en ce compris auprès des acteurs de la microfinance ».

Tout le monde se focalise sur les start-up, qui ne représentent que 5% des entreprises créées.

L’année dernière, plus de 100.000 entreprises ont été créées en Belgique, un record. « Malheureusement, tout le monde se focalise sur les start-up, qui n’en représentent que 5%. Les 85% restants, ce sont des grandes entreprises et surtout des entrepreneurs indépendants – ces personnes sont l’essentiel du poumon économique de la Belgique. Ils n’emploient personne mais ils ont créé leur propre emploi ».

Aujourd’hui, la dynamique entrepreneuriale est essentiellement portée par le nord du pays alors que la Wallonie est en léger recul.

Mesures concrètes

Mesure tremplin – qui maintient les allocations de chômage pendant la phase de création d’une entreprise, ou prêt d'honneur, incitant à la création, Emmanuel Legras cite une série d’exemples de mesures concrètes. Mais souligne aussi à quel point la « sensibilisation » est importante. « Aujourd’hui, la dynamique entrepreneuriale est essentiellement portée par le nord du pays (+11%) alors que la Wallonie est en léger recul à -0,2%. Or, il faut sensibiliser le plus grand nombre, pour préparer les entreprises de demain ».

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK